VIDÉO. Finistère. Trois requins pèlerins observés au large du Guilvinec : "C'était incroyable de les voir de si près"

Charlie pratique la chasse sous-marine et l'apnée. Alors qu'il faisait une sortie au large du Guilvinec ce week-end, il a eu la chance de croiser trois requins pèlerins. Une espèce, que l'on peut apercevoir au printemps le long de nos côtes. 

L'un des requins observé par Charlie au large du Guilvinec
L'un des requins observé par Charlie au large du Guilvinec © Charlie Blaise

Charlie et un ami se trouvent à moins d'un kilomètre du port du Guilvinec samedi dernier. Ils sont à bord de leur bateau quand soudain "on a vu un aileron, puis deux, puis trois". Charlie, adepte de la chasse sous-marine ainsi que de l'apnée reconnaît des requins pèlerins, d'une taille impressionnante.

En dix ans de pratique, c'est la troisième fois qu'il en voit. "D'habitude, ils font 3 à 4 mètres. Là, deux d'entre eux dépassaient mon bateau qui fait 6 mètres, ils faisaient presque le double de sa taille. Je n'en avais jamais vu en groupe, seulement des individus seuls." 


Charlie marque un temps d'observation. "On s'est aperçu qu'ils faisaient des cercles, ce qui signifient qu'ils se nourrissent."

Au final, les trois requins passeront deux heures autour du bateau et Charlie aura pu les contempler 45 minutes sous l'eau, en prenant au passage quelques images. "C'était incroyable de les voir de si près !"  Pendant cette rencontre, le plongeur décide de signaler ces requins à l'APECS (une association dédiée aux requins et aux raies, poissons cartilagineux). 

Les requins pèlerins, une espèce menacée d'extinction

Alexandra Rohr, chargée de mission pour l'APECS souligne que Charlie a eu un bon réflexe. Le requin pèlerin fait l'objet d'un suivi depuis 1998, avec des demandes d'observation des usagers de la mer. Au printemps, il n'est pas rare de croiser cette espèce qui reste toujours très méconnue, avec une présence variable selon les années. "On a entre 30 à 220 signalements par an sur les côtes au niveau national", explique-t-elle. La Bretagne recense la plupart de ces signalements, dans le Finistère et en mer d'Iroise

Si jamais vous croisez la route d'un requin pèlerin voici quelques conseils. "Déjà, ne pas avoir peur, le requin pèlerin est massif mais tranquille. Il faut veiller à ne pas lui couper la route, à ne pas le déranger. Vous le saurez très vite de toute façon si par exemple il mange la gueule ouverte et qu'il change d'attitude, c'est que vous le gênez. En bateau, il faut rester au point mort pour éviter ça."

Le numéro à joindre pour tout signalement en mer : 06 77 59 69 83. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature mer environnement