"Il a de l'eau salée dans les veines", Guirec Soudée vu par Gérard d'Aboville, Eugène Riguidel et Maurice Uguen

Guirec Soudée est un jeune homme pas ordinaire. Il n'a pas 30 ans et compte déjà un tour du monde par les pôles, un hivernage au Groënland et une traversée de l'Atlantique à la rame. Les navigateurs : Gérard d'Aboville, Eugène Riguidel et Maurice Uguen nous livrent leurs regards sur Guirec.

Guirec Soudée rame actuellement dans l'Atlantique Nord pour rallier la Bretagne. 41 ans après Gérard d'Aboville, le jeune marin breton, qui a déjà une grosse expérience de la mer, se retrouve sans moyen de communication électronique. Il est obligé de tracer sa route selon la température de l'eau, les étoiles et la houle, à l'ancienne.

Comment  réussir une traversée dans de telles conditions ? Quels sont les qualités pour y arriver ? Quels sont les risques ? Afin de mieux comprendre qui est Guirec Soudée et appréhender les qualités nécessaires pour réussir un tel exploit, nous avons échangé avec de grands noms de la mer : 

 

"Un mental d'acier" selon Riguidel

 

Eugène Riguidel a une grande affection pour Guirec Soudée. Lui qui a régaté contre Tabarly, est de cette génération qui s'aventurait en mer sans l'ingénierie d'aujourd'hui. Il aime cette liberté. Actuellement l'ancien skipper s'inquiète pour Guirec. "C'est un garçon très attachant, déterminé. Il vit une épreuve extrêmement difficile. Quand il est venu me voir avant sa nouvelle traversée, je lui avais dit que cette traversée serait plus facile, et en fait non..."

Guirec, c'est un homme de la mer.

Eugène Riguidel

Eugène Riguidel sait que l'épreuve que vit actuellement Guirec, sans moyen électronique de communication et face à des conditions météorologiques très musclées, "est une épreuve considérable"Pour ce grand navigateur français, "Guirec est un athlète, il a un physique à toute épreuve et un mental d'acier".

"C'est un homme de la mer, il vit sur une île, c'est un poisson. Mais il a encore de la route et cela peut être terrible, j'ai hâte qu'il soit rentré".  


"Taillé pour l'aventure" selon d'Aboville

 

Gérard d'Aboville est le premier à avoir réussi la traversée de l'Atlantique Nord à la rame. Bien-sûr, il porte un oeil sur la traversée de Guirec. "Ce garçon a tout ce qu'il faut pour réussir ce genre de traversée. Il a le profil pour réussir ce genre de chose, il est taillé pour l'aventure".

Il possède la tenacité, la persévérance. Il est taillé pour l'aventure.  

Gérard d'Aboville

Gérard d'Aboville fait office de référence dans ce style de traversée. Pour celui qui a effectué une transatlantique le 21 septembre 1980 en arrivant à Brest avec son embarcation à rames, Guirec fait parti des marins qui ont les qualités recquises.

"Il possède la tenacité, la persévérance. Et c'est obligatoire. Il doit penser à l'arrivée à chaque coup de rame. C'était mon cas. Chaque coup de rame est une avancée. Il faut éviter les erreurs qui font perdre des minutes et qui se transforment en heures et en jours. Guirec doit éviter d'arriver trop tard en septembre afin d'éviter les tempêtes." 

Le premier homme à avoir réussi l'exploit est heureux qu'un Breton soit sur ses traces. "Guirec ne doit pas être effrayé par des conditions de 60 noeuds. Évidemment sur son petit bateau sans quille il peut chavirer, mais il a de l'expérience et c'est fondamental."

Je ne m'inquiète pas du fait qu'une tempête ait détruit ses moyens de communication, c'est juste du confort moral en moins.

Gérard d'Aboville

A son époque, Gérard d'Aboville n'avait pas de dessalinisateur, ni de bouée de détresse, et comme Guirec aujourd'hui, il utilisait son sextant et son compas pour tracer sa route."C'est un garçon d'expérience, on navigue très bien avec un compas et un sextant. Je n'avais que cela et je ne me suis pas perdu pour autant. Je lui souhaite d'arriver, c'est une mer pas facile. Il a dû en baver, c'est une zone où la mer est très confuse."

 

"Un grand navigateur" selon Uguen

 

En 1980 Maurice Uguen était justement le routeur de Gérard d'Aboville. Il était en liaison radio chaque jour avec le navigateur durant sa traversée. Aujourd'hui c'est pour Guirec Soudée qu'il fait don de ses connaissances.

Maurice Uguen fait partie des "anciens" du monde la voile. "Avec les anciens comme Eugène Riguidel ou Philippe Poupon, nous sommes très fan de Guirec. Nous nous reconnaissons dans sa soif d'aventure".   

Guirec a de l'eau salée dans les veines, c'est déjà un grand navigateur.

Maurice Uguen

Les compliments fusent envers Guirec : "C'est un grand marin pour son âge. Il a une expérience de la mer hors du commun, c'est déjà un expert. Il a grandi sur une île, Guirec a de l'eau salée dans les veines." Et d'ajouter, "Etre dans sa situation serait pour beaucoup très stressant, pas pour Guirec. Il a déjà hiverné en zone polaire, la nuit noire pendant des jours, il connaît. Je ne suis pas inquiet pour sa santé."  

 

Un jour, le Vendée Globe

 

C'est un secret de polichinelle, surtout quand on connaît ce jeune marin et sa soif d'aventure. Le Vendée Globe est LA course autour du monde. Tous les plus grands s'y sont frottés. Une source nous a confié que Guirec a pu acheter l'IMOCA de Benjamin Dutreux, qui est arrivé 9ème de la dernière édition du Vendée, 40 heures après le premier. 

Guirec Soudée a bien autres choses en tête pour l'instant que de penser à une course qui interdit les animaux à bord, lui qui aime tant naviguer avec sa poule Monique.

Ce jeune marin fait partie de la trempe des plus grands, mais ne fait pas partie des ingénieurs de la mer. Comme le dit Gérard d'Aboville, "en IMOCA il apprendra, c'est un bon marin. C'est plus difficile pour un ingénieur de devenir marin que l'inverse". Guirec n'a pas fini de nous prouver que l'aventure est à portée de main.

En IMOCA il apprendra, c'est un bon marin.

Gérard d'Aboville

 

Il mène sa longue route comme Moitessier avant lui

Sans fichier météo, sans GPS depuis la tempête qui a détruit ses moyens électronique de communication, Guirec va devoir observer les éléments pour anticiper les coups de vents et définir ses moments de repos. "La houle, le vent, les oiseaux, il va devoir tout observer et retrouver les sensations pures de la mer pour avancer. Il a déjà fait le tour du monde par les pôles Nord et Sud. Très peu ont fait cela avant lui, et encore moins en solitaire. Cela n'enlève en rien la difficulté de la situation, mais il va gérer le stress, c'est dans ses gênes " nous explique Maurice Uguen. 

"On voit les limites de l'électronique, un problème électrique et il n'y a plus rien. Guirec est de retour à l'époque de Moitessier qui envoyait des lettres par sa fronde sur les cargos. Guirec va devoir croiser des navires pour connaître et indiquer sa position, il en est capable ".

Définir sa position vis à vis du Gulf Stream pour bénéficier du courant est primordial pour l'avancée de Guirec. Maurice Uguen est content d'avoir insisté pour que le jeune aventurier prenne à bord un thermomètre et un baromètre. "Avec son thermomètre, il va pouvoir prendre la température de l'eau et savoir s'il se trouve dans un courant chaud, tiède ou froid. Il saura ainsi où il se situe vis à vis du Gulf Stream. Il doit être dans des eaux tempérées pour revenir vers la Bretagne ". 


Gérard d'Aboville avait mis 71 jours. Guirec Soudée prévoit d'arriver début septembre, sûrement autour de 80 jours de traversée. Sans électronique, Guirec ne peut échanger avec sa communauté, "un moment de déconnexion total qu'il doit adorer", confie Alice Claeyssens, membre de son équipe à terre.

Effectivement Guirec Soudée n'a pas d'autres choix que de penser à son avancée, à sa surive, à ses coups de rame. Pour Gérard d'Aboville, "les aléas électronique sont presque secondaires, il ne doit penser qu'à son arrivée. " 

 

Guirec Soudée, récits d'aventures maritimes

Par une journée de juillet, nous l'avons rencontré sur son île. Tout en parcourant son caillou, paradis caché de la famille Soudée, Guirec feuillette les moments forts de ces cinq années d’aventure dans son livre. Voici la rencontre avec Guirec en juillet 2019. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aventure sorties et loisirs portrait