Classique ou contemporaine, bretonne ou métissée, coup de projecteur sur la danse aujourd'hui en Bretagne... Qu'elle soit une expression du corps, une forme d'acrobatie, un moyen de se défouler, de se libérer ou un moment d'intimité à deux, de partage collectif, la danse est partout. Rencontre avec des danseurs d'aujourd'hui, de toutes les générations, amateurs, professionnels, pour une pratique de loisir ou pour la scène.

La danse d'hier à aujourd'hui


La danse peut être classique ou très contemporaine, comme à Rennes avec le Musée de la danse, dirigé encore quelques temps par Boris Charmatz, figure emblématique et reconnue de la scène mondiale, enfant terrible de la discipline, qui a fait sortir les danseurs dans la rue et s'est appliqué à faire danser la ville.
Fous de Danse 2015 / © Bruno Van Wassenhove - France 3 Bretagne
Fous de Danse 2015 / © Bruno Van Wassenhove - France 3 Bretagne

Mais il est un endroit à Rennes, où depuis près de 50 ans, l'enseignement de la danse classique n'a pas changé. C'est l'Académie de danse Anne de Bretagne, menée à la baguette par Alyocha Ponziewitch.

Alyocha Ponziewitch - Académie de danse Anne de Bretagne à Rennes / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Alyocha Ponziewitch - Académie de danse Anne de Bretagne à Rennes / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

C'est sur le parquet qu'il frappe la mesure, tout en jetant ses consignes, parsemées de remarques acides, dans cette salle, qui a vu se succéder des générations de danseurs et de danseuses. Et tous les jours de la semaine, le vieil homme enchaîne les cours sans répit, et avec exigence pour ses 150 élèves, enfants comme adultes. "un peu comme ma famille" confie t-il. Des élèves qui lui rendent bien son affection, faisant des kilomètres plusieurs fois dans la semaine parfois, pour assister à ses cours, dans ce lieu chargé d'histoire.

Académie de danse Anne de Bretagne à Rennes / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Académie de danse Anne de Bretagne à Rennes / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Fils, petit-neveu de grandes ballerines russes et italiennes, le professeur de 85 ans est né avec des chaussons de danse aux pieds. Il s'est produit sur toutes les scènes d'Europe, à Prague, Kiev, Vienne et Venise. Puis un jour l'ex-étoile, est devenu maître de ballet, lorsque Pierre Nougaro (père de Claude), alors directeur de l'Opéra de Rennes le fait venir en Bretagne, c'était en 1967.

Dans quelques mois son école sera totalement reconstruite, mais Alyocha se donne cinq ans, encore, avant que Maïa, la dernière de ses quatre enfants, danseuse elle aussi, ne reprenne la baguette.

La danse entre classique et contemporain
Interviews : Alyocha Ponziewitch, Académie de danse Anne de Bretagne à Rennes - Flora, 29 ans; Martin, 20 ans et Marie, 40 ans Gala d'Etoiles, janvier 2018, avec la participation des danseurs de l’opéra de Paris et de la compagnie J. Lestel. Production A. Cardinale. Invité : Boris Charmatz, directeur du Musée de la Danse à Rennes Équipe : Krystel Veillard, Pascal Cosset, Bruno Van Wassenhove, Hervé Tiercelin, Ludovic Decarsin, Hélène Notat, Jean Le Quiniou

 

Fisel, Tro plinn ou An dro... de la danse communautaire villageoise aux festou-noz d'aujourd'hui


Évoquer la danse en Bretagne, ne pouvait faire l'impasse d'un chapitre sur la danse bretonne. Les cercles celtiques comme Quic en Groigne, celui de Saint-Malo, sont légions en Bretagne, quelques centaines à travers la région. Des groupes qui se produisent sur scène ou dans la rue mais pour de véritables spectacles, avec des chorégraphies totalement renouvelées et qui n'hésitent pas à piocher dans d'autres univers, très actuels. Autrefois la danse bretonne, communautaire, marquait la vie des villages avec ses événements, mariages, baptêmes, fêtes paysannes, moments de sorties, de rencontre et de distraction. Et puis chaque petit coin de Bretagne avait ses propres danses. 

Fest Noz à la MJC de Bréquigny à Rennes avec le goupe Hamon Martin Quintet / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Fest Noz à la MJC de Bréquigny à Rennes avec le goupe Hamon Martin Quintet / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Aujourd'hui, la pratique a totalement évolué. Chaque fin de semaine, les festou-noz amènent le public à danser partout, et n'importe quelle danse bretonne. Une pratique toujours très vivante, avec des groupes de musiques, comme les Nâtah Big Band, qui n'hésitent pas à marier traditions et influences variées, funk, rock, jazz... acoustique et électrique.

Danse bretonne : cercle celtique et fest-noz
Invité : Yves-Marie Gilbert, responsable du Cercle celtique Quic en Groigne de Saint-Malo - Images spectacle : Kement Tu 2015 – Interviews : à la MJC de Bréquigny à Rennes - Louis, 61 ans - Claire, 32 ans - Jean, 20 ans - Kévin, Simon, Rémy et Clément, du groupe Nâtah Big Band – Archives : Les sœurs Goadec en 1968 à Carhaix (29) Équipe : Krystel Veillard, Pascal Cosset, François-Xavier Robert, Hélène Notat, Jean Le Quiniou

 

Le succès des danses de salon


Ça swing, ça se déhanche et ça virevolte.. charleston, madison, valse, rock, chachacha, ou salsa. La danse de salon connaît un véritable essor, amplifié par le succès de certaines émissions de télévision comme "Danse avec les Stars". Les écoles de danse, tel Cap Danse, remplissent leurs cours, que ce soit à destination des enfants ou des adultes, toujours plus nombreux à vouloir apprendre la technique et les pas, pour prendre davantage de plaisir à évoluer sur les parquets. Et le choix est large entre le rock, la valse, le tango, ou les danses en ligne, les danses latinos, salsa, rumba, bachata. 

Cours de danse pour enfants à cap Danse à Cesson-Sévigné (35) / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Cours de danse pour enfants à cap Danse à Cesson-Sévigné (35) / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Et puis le succès des bals et thés dansant ne se dément pas non plus. Les habitués des "dance-floor" de l'après-midi, s'y retrouvent parfois chaque semaine, pour de la danse en couple ou en ligne. Pour certains, c'est une façon distrayante de bouger, de pratiquer une activité sportive, pour d'autres, une façon de se retrouver dans les bras de son partenaire, et de partager un moment à deux, la danse reste toujours aussi un moyen de draguer et de séduire. Une activité qui peut représenter encore une façon plus collective de vivre un moment festif. Quelque soit la motivation, dans tous les cas, la danse est une récréation.

La danse dans les salons
Invitée : Anna Houget, professeur de danse à cap Danse à Cesson-Sévigné (35) Interviews à Saint-Coulomb (35) - Christiane, 72 ans - Pierre, 77 ans - Marie, 78 ans - Réjane, 60 ans - Marie-Rose et Marie-Anne, 76 ans Archives : 1979 à Carnac (56) - Jacques Boubennec, propriétaire de discothèque - Alain Barrière, propriétaire du Stirwen à Carnac (56) Équipe : Krystel Veillard, Pascal Cosset, Hervé Tiercelin, Hélène Notat, Jean Le Quiniou


La danse ou le métissage des cultures


Place aux acrobaties pour une danse qui intègre les métissages, les influences de toutes sortes, nord-américaines, africaines, brésiliennes. Métissage très contemporain ou beaucoup plus ancestral,
La compagnie Ladaïnha, implantée en Bretagne depuis plus de 20 ans, multiplie les créations, mélange les styles, et renouvelle la tradition autour de la Capoeira, art martial afro-brésilien. Les corps évoluent, se plient, se balancent, se courbent, se tendent, s'étirent. Maîtrise du geste, du mouvement. Tout en fluidité et en douceur. La Capoeira, c'est un art ancestral du combat et un art de la danse, venu du Brésil, à une époque où les esclaves masquaient sous des mouvements de danse leur art du combat. Armando Pekeno, le mestre, créateur avec Michelle Brown, de la Compagnie Ladaïnha, originaire de Salvadore de Bahia, est arrivé en France il y a plus de 25 ans. A Rennes, puis à Combourg, mais aussi partout dans la région, il enseigne et diffuse son art, aux grands comme aux plus jeunes, jusqu'à faire école. La capoeira, c'est comme un échange, un dialogue entre deux corps, avec joute ou harmonie, accord ou désaccord, selon les moments, toujours porté par les rythmes des percussions.

 "Les cavaliers de la tempête" compagnie Ladaïnha - 2017 / © compagnie Ladaïnha
"Les cavaliers de la tempête" compagnie Ladaïnha - 2017 / © compagnie Ladaïnha

D'une danse à une autre... quand on s'attache aux figures du breakdance, elles se rapprochent de celles de la capoeira. Le mouvement hip hop, lui est né dans la rue à la fin des années 60 à New-York, avec la Zulu nation. L'idée était de transformer la frustration et la rage, provoqués par la ségrégation raciale, chez les jeunes issus des gangs, en énergie positive orientée vers la création artistique et la musique. Les street dance et le  hip hop ont par la suite beaucoup évolué, entre danse au sol ou danse debout, comme le loocking, le popping, le boogaloo, la house ou le funk, qui viennent de la danse de club. Un mouvement qui s'est développé en France notamment par le biais de l'émission de télévision H.I.P.H.O.P. de Sidney dans les années 80, comme l'explique Franco Nery, une des figures du hip hop à Rennes, avec Engrenages... et pour lui "tout part de la musique, c'est elle qui nous inspire, nous amène dans un univers. Et chaque musique entraîne un mouvement, une technique ou un style, c'est la musique qui me porte."

Hip Hop : Franco Nery au Triangle à Rennes / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Hip Hop : Franco Nery au Triangle à Rennes / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

 

La danse : métissages et influences
Interviews : à Combourg (35) - Nouméa, 8 ans - Claire-Lise, danseuse - Armando Pekeno, CBC compagnie bretonne de Capoeira - Virginie, la maman de Nouméa – images du spectacle "Les cavaliers de la tempête" compagnie Ladaïnha - 2017 Invité : Franco Nery, danseur de hip hop, co-créateur d'Engrenages - Compagnie X-Trem Fusion Équipe : Krystel Veillard, Pascal Cosset, Hervé Tiercelin, Hélène Notat, Jean Le Quiniou