Lycée Anita Conti à Bruz : mobilisation des enseignants contre la réforme du bac

40 professeurs se sont rassemblés ce lundi matin, aux abords du lycée Anita Conti à Bruz, mobilisés contre la réforme du bac. "Le bac Blanquer, c'est de l'amateurisme à marche forcée." 

Les enseignants d'Anita Conti rassemblés devant leur lycée, contre la réforme du bac
Les enseignants d'Anita Conti rassemblés devant leur lycée, contre la réforme du bac © C. Bélard - France Télévisions

Ils étaient 40 professeurs grévistes (sur 65 professeurs au total) présents ce matin, dès 7 h 30 , devant le lycée Anita Conti de Bruz. Ils se sont rassemblés pour protester contre la réforme du bac et le principe du contrôle continu. L'action se voulait sympathique, soutenue par les parents et les élèves. Ces derniers n'ont pas été empêchés de rentrer dans l'établissement. Les professeurs avaient surtout envie d'informer.


Une réforme précipitée 


"Ce qu'on voulait c'était montrer qu'on n'était pas d'accord avec cette nouvelle façon de faire. Cette réforme est précipitée, complètement bancale. On a des sujets qui ne conviennent pas à des élèves de première, des critères d'évaluation que nous professeurs ne comprenont pas. C'est la première fois que l'on va faire passer des examens sans corriger. Là on va vers une dégradation du bac, les élèves sont dévalués constamment. Où est le temps d'apprendre ?  De poser des méthodes ?"  
Les professeurs contestent aussi le rythme du contrôle continu, avec six périodes d'examen en deux ans, jugées "excessives". "Il faut quand même savoir que les E3C 2, le grand oral prévu dans un an et demi, on ne sait pas comment cela va s'organiser." Ils aimeraient une remise à plat du bac, et surtout être consultés alors qu'ils sont en première ligne. 

Selon notre journaliste présent sur place, certains lycéens ont refusé de composer. "C'est mal pensé, on arrive dans l'urgence, on n'a pas eu le temps de s'y préparer" soulignent-ils. 

La direction qui n'a pas voulu s'exprimer a juste indiqué que les épreuves se déroulaient comme prévu. 


Les épreuves de contrôle continu en question 


La réforme du bac ne passe pas. Plusieurs actions ont déjà été organisées dans d'autres lycées du département, avec pour certains des occupations durant la nuit. Des examens ont dû être annulés.

Les épreuves communes de contrôle continu appelées "E3C" concernent les classes de première et sont mises en cause. Ces nouveaux examens, prévus sur un mois, durent entre une heure et demie et deux heures, selon les disciplines. Les copies, anonymes, devront être corrigées par d'autres professeurs que ceux de l'élève. Dans la nouvelle formule du baccalauréat, les notes obtenues durant les années de première et de terminale comptent à hauteur de 10% dans la note finale. Les épreuves de contrôle continu représenteront, elles, 30% du résultat définitif. 

Une grève interprofessionnelle est prévue mercredi 29 janvier. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bac éducation société