Nouvel An : en Ille-et-Vilaine une rave party rassemble 2500 personnes

2500 personnes ont rejoint une zone industrielle à Courbouton, à Lieuron (Ille-et-Vilaine) pour une rave party, malgré le couvre-feu. La fête se poursuit ce 1er janvier. Les gendarmes sont sur place. 

Des hangars désaffectés accueillent une rave party en Ille-et-Vilaine
Des hangars désaffectés accueillent une rave party en Ille-et-Vilaine © C. Rothea - France Télévisions

Une rave party a démarré jeudi 31 décembre dans le secteur de Lieuron, sur la zone industrielle de Courbouton en Ille-et-Vilaine. Selon nos informations, les participants ont investi les entrepôts désaffectés à partir de 21 h 30. Un ballet de camions et de voitures a été remarqué par le voisinage. 


2500 personnes sur place


2500 personnes sont présentes sur place, venus d'autres départements et de l'étranger. A l'arrivée des fêtards, des incidents ont eu lieu avec les forces de l'ordre qui voulaient empêcher les entrées. Trois gendarmes ont été la cible de jets de projectiles et ont été légèrement blessés. Ils ont dû laisser leur véhicule, lequel a été incendié. Trois autres voitures de gendarmerie ont été dégradées selon la préfecture. 

Dans la nuit, les pompiers ont procédé à deux évacuations de participants blessés. 

Un véhicule de la gendarmerie incendiée
Un véhicule de la gendarmerie incendiée © DR


Des voisins ont expliqué ne pas être gênés. Un petit groupe d'entre eux, masqué, a même décidé d'aller à la rencontre des teufeurs.

Un groupe de riverains vient à la rencontre des fêtards en pleine rave party à Courbouton
Un groupe de riverains vient à la rencontre des fêtards en pleine rave party à Courbouton © C. Lemercier - France Télévisions


Ce matin, la fête se poursuit et de nouveaux participants arrivent encore. Les gendarmes encerclent la zone et ont mis en place des barrages filtrants. Un hélicoptère a effectué une reconnaissance de la zone.  

Le préfet d’Ille-et-Vilaine a décidé l’activation du centre opérationnel départemental en préfecture afin de gérer l’événement. Par arrêté, il a interdit ce rassemblement festif musical non déclaré. Les secouristes vont, dans le contexte sanitaire Covid-19, distribuer gel et masques afin de limiter les risques de propagation du virus au sein de ce rassemblement, indique un communiqué. 

Une enquête est ouverte, confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Redon, pour les motifs suivants : organisation illicite d’un rassemblement festif à caractère musical, violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique, dégradation du bien d’autrui, dégradation du bien d’autrui en réunion, travail dissimulé, tenue illicite d’un débit de boissons, infractions à la législation sur les stupéfiants et notamment la facilitation de l’usage.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers