Paracyclisme : les Bretons Alexandre Léauté et Dorian Foulon apportent 6 titres de champions de monde à la France

Quatre titres de champion du monde et une médaille d’argent pour Alexandre Léauté, deux titres de champion du monde, deux médailles d’argent et une de bronze pour Dorian Foulon. A deux ans des JO de Paris, les deux Bretons ont impressionné la planète vélo sur la piste de St Quentin-en-Yvelines

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

On appelle ça une grosse moisson.

Sur le  vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines qui accueillait les championnats du monde de paracyclisme, les Bretons Alexandre Léauté et Dorian Foulon ont apporté pas moins de dix médailles à la France. Dont 6 en or.

Alexandre Léauté, quatre médailles d'or à lui tout seul

À 22 ans, Alexandre Léauté a raflé quatre titres de champion du monde.

Le Costarmoricain a décroché ses médailles d’or sur les épreuves du km, de la poursuite, du scratch et de l’omnium. 

"Je savais que j'étais attendu depuis l'année dernière, où j'avais fait un bon résultat" a déclaré Alexandre Léauté à l'issue de l'épreuve, "c'est extraordinaire".

Alexandre Léauté a même ponctué ses Mondiaux par une médaille d’argent sur la vitesse par équipes en compagnie de ses coéquipiers Dorian Foulon et Kévin Le Cunff. Battus en finale par les Anglais. 

Alexandre Léauté avait déjà décroché quatre médailles aux Jeux paralympiques de Tokyo en 2020. Il est évidemment l'un des grands espoirs français pour ceux de Paris 2024. Le Costarmoricain court dans la catégorie C2 en raison d'une hémiplégie. Il avait été victime d'un Avc à sa naissance.

Dorian Foulon : un truc de fou

 De son côté, Dorian Foulon a décroché 5 médailles. Deux en or sur l’omnium et la poursuite, deux en argent sur scratch et vitesse par équipes, et une en bronze sur le km.

"Cinq médailles en quatre jours, c’est pas mal. D'autant que le début d'année a été très compliqué, nous a-t-il confié.

 

Pour ces championnats du monde, Dorian Foulon affichait bien sûr quelques ambitions, mais ses rêves ont été plus qu'exaucés. 

"Je visais l’or sur la poursuite, parce que je suis invaincu sur cette discipline, mais il y avait aussi la pression à gérer, c’était à domicile".

"Sur l'omnium aussi, je rêvais de la victoire, mais cinq médailles en tout, c’était inespéré. Je ne réalise pas, c’est un truc de fou. Parce sur le km, j’étais face à trois spécialistes qui ne font que çà, et là j'arrache un podium, c'est dingue…"

 

"En mars, après un covid sans doute, j'ai perdu 15% de mes capacités respiratoires, j'ai failli arrêter..."

"Ca me fait d’autant plus plaisir que je sors d’une année compliquée", souligne le Morbihannais.

"En mars, je suis tombé malade. On ne m’a pas décelé de Covid mais j'en avais les symptômes. J'ai perdu 15% de capacités respiratoires, j’ai dû arrêté ma préparation, et ma tête a fini par lâcher".

"J’avais fait tellement d’efforts que je me suis dit que tout ça n’avait servi à rien, j’ai même eu envie de ranger le vélo, mais mes proches et mon staff m’ont soutenu, motivé et je suis reparti. Et là, je termine mon année avec 6 médailles si j’ajoute celle sur la route de cet été. C’est plus en un an que ce que j’avais fait depuis le début de ma carrière, c’est dingue".

 A 24 ans, Dorian, qui court dans la catégorie C5 (atteint d'une malformation au pied gauche) cumule déjà 11 médailles mondiales, 4 en or, 4 en argent, et 3 en bronze.

Il va maintenant s’octroyer quelques jours de repos. Direction la Martinique, où il s’est promis "de se contenter de la plage, et de ne rien faire… Ca me fera le plus grand bien."      

A deux ans des JO, la France se classe deuxième aux Mondiaux

Avec 17 médailles en tout, les tricolores se classent deuxième de la compétition derrière la Grande-Bretagne.

Rendez-vous dans deux ans sur ce même vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines pour les JO.