Poids lourds autorisés à rouler dimanche pour l'approvisionnement, les chauffeurs routiers en colère !

Les routiers veulent bien continuer leurs missions mais pas dans n'importe quelles conditions / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP
Les routiers veulent bien continuer leurs missions mais pas dans n'importe quelles conditions / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP

Pour faciliter les réapprovisionnements, une autorisation exceptionnelle de circulation ce dimanche sera accordée à tous les poids lourds,  pour maintenir l'activité économique et le commerce alimentaire. Chez les routiers, la colère monte !

Par Catherine Jauneau


Pour faciliter les réapprovisionnements, une autorisation exceptionnelle de circulation ce dimanche sera accordée à tous les poids lourds, notamment pour maintenir l'activité économique et le commerce alimentaire, a annoncé jeudi soir le ministère de la Transition écologique et solidaire. 

Dans le contexte de l'épidémie de Covid-19,

un arrêté sera publié pour préciser "les mesures exceptionnelles à prendre pour garantirla continuité des opérations de transport dans les meilleures conditions sanitaires, ainsi que les obligations d'information associées. Il s'agit de garantir la meilleure protection possible des passagers des transports publics comme des salariés des entreprises de transport."

Parmi les autres dispositions annoncées, l'Etat "accordera aux entreprises de transport (des) dérogations temporaires" pour des obligations administratives qui ne pourraient pas être remplies du fait de la crise sanitaire.


Stations-services, garages, aires de repos et restaurants routiers à trouver via Bison Futé


Les entreprises de contrôle technique pour poids lourds, autobus et autocars maintiendront leur activité, tout comme les garages assurant les réparations, poursuit le communiqué. 

Le ministère indique qu'il s'emploiera à "maintenir l'ouverture des stations-service, aires de repos, toilettes et restaurants routiers en vente à emporter" qui sont des services "indispensables aux conducteurs". Une carte de tous les sites ouverts sera bientôt disponible sur Bison Futé.

Enfin, pour répondre à la demande de chauffeurs, l'Etat va encourager la mobilisation des conducteurs en activité partielle, en particulier via l'intérim.
Parking désert sur ce relais routier
Parking désert sur ce relais routier

De leur côté, les syndicats des conducteurs routiers expriment leur inquiétude et leur incompréhension. Christophe Provost, Délégué CGT Transport d'Ille-et-Vilaine nous a confié : 

On travaille pour les grandes et moyennes surfaces. Il est normal de les approvisionner pour nourrir la population, mais il faut arrêter de faire n'importe quoi ! De faire par exemple un trajet Rennes/Marseille our livrer du pain et des viennoiseries, c'est ridicule ! Il faut éviter les grandes distances, limiter les déplacements et faire de l'approvisionnement de proximité.

Interview de Christophe Provost, Syndicat CGT 35 Transport Routiers


Appel au droit de retrait dès lundi 


La Fédération FO Transports et Logistique a appelé hier, vendredi 20 mars, les salariés du secteur qui travaillent dans les transports non essentiels à faire usage de leur droit de retrait à partir de lundi, dans une lettre ouverte au secrétaire d'État Jean-Baptiste Djebbari.
    
"Les salariés des transports et de la logistique se posent énormément de questions, mais pour la plupart sont complètement déboussolés
", écrit son secrétaire général, Patrice Clos. "Pour le transport routier de marchandises, mis à part quelques parkings rouverts par-ci, par-là, il n'y a pas beaucoup de changement sur les sanitaires, les douches, les restaurants, l'accueil des routiers chez les clients", déplore le syndicat.
Parking désert sur ce relais routier
Parking désert sur ce relais routier

Le syndicat évoque des manques d'équipements dans les transports ambulancier, mais aussi les entrepôts logistiques, où "plusieurs sites sont contaminés par le Covid-19", tout comme pour le transport de fonds et de valeurs.

Concernant le transport et la logistique essentiels, le syndicat exige que "des mesures très fortes soient prises en terme de santé, d'hygiène et de sécurité pour l'ensemble des salariés qui devront travailler", faute de quoi il les appellerait aussi à exercer leur droit de retrait.
 

    
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus