Près de Fougères : Lécousse cherche médecin désespérément

La commune de Lécousse, frontalière avec Fougères, va bientôt se retrouver sans médecin généraliste. Le seul qui consultait, le Docteur Yvon le Du, 68 ans, sera à la retraite à partir du 1er janvier 2021. Pour le moment, ni le médecin, ni la commune, n'ont trouvé de successeur.

Le Docteur Yvon Le Du part à la retraite le 1er janvier 2021.
Le Docteur Yvon Le Du part à la retraite le 1er janvier 2021. © Jean-Michel Piron / France Télévisions

"Allez-y, pour la dernière fois". Le Docteur Yvon Le Du s’adresse à Jeanne, 86 ans, avec une voix tremblante.

C’est une de ses dernières consultations. A 68 ans, il part à la retraite, le cœur lourd. Installé ici depuis plus de quarante ans, c’est le seul médecin généraliste de Lécousse. Forcément, il a vu défiler de nombreuses générations. 1.500 patients sont suivis par ce docteur.

"Les remerciements de mes patients ces jours-ci. C’est surtout ça que je vais retenir. Tous les jours, on a un mal fou à se quitter. Je souris là mais j’en ai gros sur… Quand je vois des gens qui ont été patient pendant 30 à 40 ans, je vous assure que les pas vers la porte de sortie se font tout doucement. Certains ne veulent même pas reprendre leur dossier parce qu’ils se disent ‘ce n’est pas possible, c’est fini", confie Yvon Le Du. 

Jeanne, 86 ans, est suivie par le Docteur depuis une dizaine d’années. Ce matin, elle est venue récupérer son dossier avec sa fille et dire au revoir à celui qui l’a toujours suivi avec bienveillance. Pour elle, c’est une véritable "rupture".

Cela fait un choc, on l’aimait beaucoup. C’est un traditionnel médecin de famille. Je trouve que c’est une denrée rare maintenant. Il y avait une confiance, une fidélité, une disponibilité vis-à-vis de ses patients.

Jeanne, patiente du Docteur Le Du

Personne pour remplacer le Docteur Le Du 

Après quarante ans de carrière, il est temps de laisser sa place. Sauf que pour le moment, le docteur ne trouve pas de successeur. Ce n'est pas faute de chercher. Depuis un an et demi, il multiplie les recherches, les appels. Avec son départ, la commune de Lécousse et ses 3.335 habitants se retrouvent sans généraliste.

Le Docteur Yvon Le Du suit environ 1.500 patients.
Le Docteur Yvon Le Du suit environ 1.500 patients. © Jean-Michel Piron / France Télévisions

Dans sa grande armoire, des centaines et centaines de dossiers de patients. Depuis des semaines, le Docteur Le Du range, trie, classe, avec une pointe de regret. Il sait qu’il part à la retraite en laissant derrière lui certains dossiers de patients sans surveillance. C’est ce qui le tracasse le plus.   

Sur ses 1.500 patients, il a réussi à "dispatcher" environ 200 dossiers chez d’autres confrères à Fougères et ses alentours. Mais c’est insuffisant pour lui.

"Heureusement, j’ai dispatché mes plus gros dossiers à tous les médecins de Fougères et de la périphérie. Ca me soulage un petit peu. Mais il en reste énormément qui restent au bord de la route et y a personne", regrette-t-il.

Les jeunes médecins craignent de s'installer seul en cabinet 

Le manque de médecin n’est pas nouveau, surtout dans ces petites communes. Même si la commune de Lécousse est frontalière avec Fougères (20.902 habitants), elle ne semble visiblement pas attirer les jeunes médecins.

Pour le Docteur Le Du, ce n’est pas simplement la zone géographique qui pose problème, c’est aussi s'installer seul.

"Il y a une appréhension énorme d’être lâché dans la nature et de ne pas avoir de remplaçants (ndlr : pour pouvoir partir en vacances, par exemple)". "Les jeunes, quand ils sortent de leurs études médicales, ils sont habitués à travailler en groupe donc ils veulent s’installer en groupe".

"Il y a une diminution du nombre de formations de médecins, les jeunes médecins veulent moins travailler que les plus anciens… Ils sont tellement peu, qu’ils peuvent choisir où ils veulent s’installer, c’est normal".

Selon la maire de Lécousse, Anne Perrin, les jeunes médecins privilégient la côte bretonne. A en croire les retours qu’elle a obtenu. Car depuis cet été, elle aussi, multiplie les appels pour trouver un remplaçant. "La côte, la mer, les zones touristiques les attirent, je pense", soutient-elle.

La problématique de base, c’est le manque de généralistes, en nombre insuffisant pour pouvoir s’installer dans nos coins un peu plus reculés de la métropole rennaise.

Anne Perrin, maire de Lécousse

Dans les prochaines années, la commune a pour projet, en partenariat avec l’Agence régionale de Santé, de construire un centre qui accueillerait au moins trois médecins généralistes.

De quoi, peut-être, attirer les jeunes, frileux, à l'idée de s'installer seul.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société