A Rennes, un nouveau lieu d'accueil et de soins pour les femmes victimes de violences et leurs enfants en 2023

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Pédech

Rennes accueillera une Maison des femmes sur le site de l’Hôpital Sud. Son ouverture est prévue pour l’été 2023. Ce lieu se veut « un lieu d’accueil, d’écoute et de soins » unique pour les femmes victimes de violences.

Un refuge, c'est ainsi que l'ont pensé les porteurs du projet de cette future Maison des femmes qui devrait voir le jour à l'été 2023 à Rennes.

Ce lieu sera notamment piloté par l'Asfad, association rennaise qui lutte notamment contre les violences conjugales et intrafamiliales depuis plus de cinquante ans, aura pour vocation d'accueillir les femmes victimes de violences (sexuelles, conjugales, intrafamiliales, mutilations, inceste, violences dans les soins, harcèlement…) ainsi que leurs enfants.

Cette Maison des Femmes sera implantée dans un premier temps dans des modules sur le site de l'Hôpital Sud, qui cède gracieusement une parcelle de 380 m2,  avant d'être intégrée dans des locaux "en dur" au nouveau CHU à Pontchaillou en 2027. Elle sera constituée de "bureaux médicaux, d'entretien social ou psychologique, de salles d'activité, d'espace de vie, multimédias, de convivialité, et d'autres spécifiquement pensés pour les enfants."

La Ville de Rennes participera au financement du projet à hauteur d'1.3 million d'euros maximum.

Un lieu unique pour accompagner les femmes victimes de violences

L’enjeu principal est de pouvoir proposer un lieu unique qui permette aux femmes victimes de violences de se sentir à la fois soignées et prises en charge à tous les niveaux, depuis le parcours médical parfois chirurgical au suivi psychologique, judiciaire qu’il leur faut affronter. Elle réunira ainsi à la même adresse, les soignants (médecins, sages-femmes, légistes, gynécologues, psychologues,  kinésithérapeutes…), des travailleurs sociaux (éducateurs spécialisés, assistante sociale, éducateurs jeunes enfants…) et des professionnels du droit (avocats, juristes...). 

La Maison des Femmes de Rennes s'inspirera de structures existantes notamment la Maison inaugurée en 2016 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Citad'elles à Nantes

Mieux analyser chaque situation

« Cette chaîne de professionnels dédiés à la prise en charge des femmes victimes de violences existe mais elle est éclatée, explique Maëlle Daniaud, directrice générale de l'Asfad. Il ne 'sagit pas d'additionner les forces mais de mieux les coordonner pour éviter la déperdition d'informations et nous permettre d'avoir une analyse plus fine de chaque situation."  

Prise en charge des mutilations sexuelles

A La Maison des femmes, une unité sera dédiée aux mutilations sexuelles féminines, s'appuyant sur un savoir-faire déjà effectif au CHU. De même, des consultations médicales de planification familiale et d'interruptions volontaires de grossesses (IVG) seront proposées.

Une attention partiulière sera également portée aux enfants et adolescents avec la participation d'éducateurs jeunes enfants, de pédiatres, puéricultrices, pédo-psychaitres et psychologues.

Accompagnement personnalisé

Enfin, La Maison proposera aussi des activités culturelles, sportives, d'aide au bien-être. Autant d’approches essentielles pour aider les femmes à se reconstruire. "Nous leur proposerons la plus grande palette d'outils existants afin que chacune puisse s'en emparer selon sa situation. Nous voulons mettre en place un accompagnement à la fois très individuel et personnalisé mais aussi collectif", précise encore Maëlle Daviaud.

Des accompagnements aux démarches administratives et un espace multimédia sont également prévus. La ligne téléphonique départementale de la plateforme de lutte contre les violences conjugales accessible 24h/24 et 7j/7 y sera hébergée  au 02 33 54 44 88.

En 2021, 700 femmes se sont présentées à l'accueil de jour proposé par l'Asfad à Rennes.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité