"Nuit Blanche" : immersion au cœur des urgences pédiatriques de l'hôpital de Rennes

Publié le Mis à jour le
Écrit par O. Chasle, M.M. et T.P.

"Nuit blanche" est une plongée dans l'univers de femmes médecins exerçant aux urgences pédiatriques de l'hôpital Sud de Rennes. Des femmes réunies par un engagement commun au service des autres. Une immersion palpitante à découvrir dans le documentaire d'Olivier Chasle.

Le temps d’une garde de nuit, les situations d’urgence se succèdent dans le service pédiatrique. Lors de quelques moments de répit, Amélie, Véronique, Céline, Tiphaine et Martine reviennent aux sources de leur vocation et témoignent des joies et des souffrances de leur métier.
 

durée de la vidéo: 00 min 45
Bande annonce documentaire "Nuit blanche" ©Olivier Chasle

 

Des femmes animées par le désir d'aider les autres


C'est dès l'enfance que cette passion pour la médecine est venue à Véronique. Elle raconte que, lorsqu'elle était enfant, elle transformait la maison de ses parents en hôpital. En leur absence, chaque pièce devenait la chambre d'un patient. 

Véronique a 18 ans quand elle entreprend des études de médecine. Elle consacre tous ses efforts pour atteindre son but. Le couloir de la fac de médecine de Rennes, où elle a étudié, symbolisait parfaitement la longue progression de ses études. Plusieurs grands tableaux alignés correspondaient chacun à une année d’étude, comme une échelle posée à l’horizontale dont chaque barreau à gravir était une épreuve de force, un exploit, une remise en cause personnelle.

 

Véronique : l'incarnation d'une vocation 


Un engagement que Véronique partage avec d’autres femmes dont la pugnacité et l’engagement forcent l'admiration et le respect.

Car, même si les médecins se relaient à tour de rôle pour les nuits de garde et se retrouvent donc dans une forme de solitude, elles forment une équipe soudée au service des urgences pédiatriques de Rennes. Elles restent solidaires, mues par la même passion de soigner et les mêmes convictions au regard du service public comme elles en témoignent toutes. 

C'est autre chose que simplement des collègues. Il se crée une ambiance, une entraide, un partage d'émotions, un partage d'expériences professionnelles qui fait qu'on est soudées bien au-delà des simples relations de collègues. Je pense que s'il n'y a pas ce coté humain extrêmement fort, on est pas capables de vivre notre quotidien aux urgences.

Tiphaine,

médecin de garde aux urgences pédiatriques de l'hôpital Sud de Rennes

Malgré un niveau d’études record, l’argent n’a jamais été pour ces médecins le moteur du métier. L’hôpital public est "pauvre". Elles sont tout à fait conscientes des limites du système imposé par "une politique de santé de plus en plus tournée vers la rentabilité et par la société qui semble s’affaisser sous le poids de la misère sociale croissante".

Un hommage à ces femmes investies


Le film "Nuit blanche" se présente donc comme un hommage à ces femmes qui ont toutes fait le choix d’une médecine sociale, plutôt que rémunératrice. Une mise à l'honneur de leur engagement sans faille, à leurs sensibilités diverses et leurs caractères affirmés, qui ont inspiré au réalisateur l'idée de ce documentaire. Un film qui fait la part belle au collectif, tout en étant au plus près de la singularité et des responsabilités de chacune, prépondérantes lors de ces nuits blanches.

Toutes ces femmes rapportent que cette envie de médecine a toujours été ancrée au fond d’elles-mêmes. Régulièrement, elles sont amenées à répondre à des journalistes sur des événements survenus aux urgences, mais jamais on ne leur a proposé d’être à leurs côtés des nuits entières et de leur laisser le temps de s’exprimer sur le fond de leur vocation. C’est précisément ce qu'Olivier Chasle réalise dans "Nuit Blanche". Un film qui interroge tout un chacun sur le sens de ses engagements.

Ce qui est peut-être difficile à saisir quand on est pas dans l'ambiance de garde c'est qu' il y a quelque chose d'extrêmement stimulant. Cette gestion du stress, du flux de patients, de cet inconnu qui peut arriver à tout instant fait qu'on a aucune maîtrise sur le moment à venir. C'est quelque chose qui donne envie de revenir.

Tiphaine

médecin de garde aux urgences pédiatriques de l'hôpital Sud de Rennes

 


"
Nuit blanche", un film d'Olivier Chasle
Diffusion le jeudi 3 mars à 23h00, sur France 3 Bretagne