Arrivée de la grippe, hausse du Covid 19. Les épidémies vont-elles gâcher les fêtes de fin d'année ?

durée de la vidéo : 00h01mn37s
Le nez qui coule, de la fièvre, des maux de tête : les virus de l'hiver sont de retour... Difficile de faire la différence entre un gros rhume et le Covid ... Alors, à l'approche des fêtes de fin d'année et des réunions en famille ou entre amis, les professionnels de santé incitent à se faire dépister et vacciner... ©Reportage de Benjamin Poulain et Lionel Bonis

Une vaccination en baisse, des taux d'incidence de 32 cas pour 100 000 habitants pour le Covid et une épidémie de grippe "qui va arriver en Bretagne". La situation n'est pas alarmante mais l'Agence Régionale de Santé vient rappeler aux Bretons l'importance de la vaccination. Prudence avant les fêtes.

"Si quelqu'un a le Covid dans la famille, on fait attention, on ne vient pas se voir. » Josette Gautier et ses proches restent prudents. Et ce n'est pas l'Agence Régionale de Santé qui va leur dire le contraire. L'ARS appelle à la prudence même si le taux d’incidence est moins haut que les mois précédents, il est quand même à 32 cas pour 100 000 habitants. 

Des chiffres sous-évalués 

Seuls les tests positifs faits en laboratoire sont comptabilisés pour calculer les taux d’incidence. Les tests faits en pharmacie eux passent "sous le radar". Le nombre de cas est donc certainement plus élevé. "On a une petite vision de la circulation du virus et les indicateurs sont à la hausse", indique  Anne-Briac Bili, directrice de cabinet de l'ARS Bretagne dans une interview à nos confrères de France bleue.

Dans le détail, on a 37 cas de Covid 19 pour 100 000 habitants pour l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan. 32 cas pour les Côtes d’armer et le bon élève de la Bretagne, le Finistère avec 22 cas pour 100 000 habitants. Début décembre, on dénombrait 156 passages aux urgences en Bretagne. Dont la moitié finissait en hospitalisation (soit 1% des hospitalisations aux urgences).

"Effet de lassitude"

Début décembre, 33% des plus de 80 ans avaient fait leur dernier rappel Covid (tous les 6 mois pour les personnes à risque). Une baisse que Quentin Ginisty, docteur en pharmacie à Bréquigny a bien observée. Il doit parfois insister pour convaincre ses patients. "On a un effet de lassitude qui s’observe. Il y a aussi une forme de la banalisation du Covid, qui est devenu plus anodin dans la population générale."

Derrière lui, Josette Gautier, notre vaccinée du jour, acquiesce. Cette personne âgée de 86 ans a été un peu poussée par son mari, il faut bien le reconnaître, car le Covid ne lui fait plus tellement peur.

Lire : Les pharmaciens peuvent désormais prescrire et administrer tous les vaccins

La grippe va-t-elle gâcher les fêtes ?

De son côté l'ARS insiste pour repasser le message de la vaccination. Du Covid ET de la grippe. Il faut 15 jours pour avoir une efficacité totale. Il est donc encore temps avant les fêtes de se faire vacciner pour se réunir en famille en toute sécurité. Les deux injections peuvent d’ailleurs être faites en même temps.

En 2022 le taux de couverture des publics visés était de 57% en Bretagne pour les vaccins contre la grippe. Mais cette année, l’ARS a noté une baisse de 6% de distributions de vaccin. Soit 500 000 doses en mois. Cela pourrait représenter près de 1 000 hospitalisations. L'épidémie n'est pas encore là en Bretagne mais "ça va arriver, prévient l'ARS. Il y a déjà 6 régions en phase épidémique."