• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Avalanche meurtrière : des questions autour d'un drame

L'équipe de secouristes devant la refuge de ski de fond du Crevoux / © France3
L'équipe de secouristes devant la refuge de ski de fond du Crevoux / © France3

Par Stéphane Grammont

Les circonstances

Les secours alertés hier en milieu d'après-midi par le guide professionnel Charly Demor, ont tout tenté pour venir en aide à la cordée, malgré les mauvaises conditions météo. Arrivés sur place, les secours n'ont pu que constater le décès des quatre alpinistes bretons, âgés de 30 à 49 ans. Avant que les traces ne soient effacées, ils ont pu reconstituer les circonstances probables de l'accident. "Une avalanche de neige s'est produite, sans doute à cause des conditions de vents" a expliqué Stéphane Bozon, le commandant du Peloton de gendarmerie des Hautes-Alpes. " Une plaque a du se rompre au sommet de la cascade, dans la cascade, et les a propulsés." 

Le guide qui accompagnait la course, Charly Demor, était en train de positionner un relai (un point d'accroche pour une poulie). "Visiblement" explique le commandant tout en restant prudent, les victimes "ont été arrachées de l'encordement et projetés dans le vide sur toute la longueur de la cascade".
Ce contenu n'est plus disponible

Une cordée expérimentée

L'accident a eu lieu à 2 500 m d'altitude sous la "barre des Enfers", un endroit réputé difficile par les professionnels. Mais les quatre membres du Club Alpin Français de Rennes étaient des alpinistes confirmés. Surtout, ils avaient organisé cette sortie sous la houlette du guide. Charly Demor, lui aussi originaire de Bretagne et un temps adhérant au CAF de Rennes, était désormais installé à Embrun (près de Crévoux) dans les Hautes-Alpes, comme guide indépendant.

Charly Demor avait fait partie du groupe d'excellence du Club Alpin Français dans les années 2000. Cette filière a été mise en place au niveau fédéral pour permettre à de jeunes alpinistes confirmés de se perfectionner et de devenir complètement autonomes en haute-montagne. Beaucoup, comme Charly Demor, deviennent ensuite guides professionnels. Il était l'un des rares de ce groupe à ne pas être originaire d'un pays de montagne.

L'organisation

Cette sortie a été organisée "dans les règles" selon un technicien du Club Alpin Français. A ce jour, on ne sait si elle était organisée dans le cadre de l'agenda du CAF de Rennes ou pas. Mais dans les faits cela ne change rien: même dans un contexte privé la course a été organisée avec un responsable compétent.

Il y a 300 Club Alpin Français dans la fédération nationale. Un club alpin dans une ville ou une région qui ne soit pas de montagne n'est pas un cas isolé. 60% des CAF sont hors de la région Rhône-Alpes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Aymeric Lesné

Les + Lus