"Ça va vite, c'est fluide, c'est du beau jeu"... À Rennes, le basket 3x3 séduit le public

L'open de France de basket 3x3 s'achève ce 29 juillet sur l'esplanade Charles de Gaulle à Rennes. Le public est attiré et conquis par cette discipline dynamique et olympique depuis quelques années.

Plus une place de libre dans les tribunes installées autour du terrain de basket 3x3 ce samedi 29 juillet à Rennes. Le public est venu voir l'Open de France. Une compétition accessible gratuitement qui réunit  les meilleures équipes de toute la France.

"Ça va vite, c'est fluide et c'est du beau jeu". Noah, 15 ans en prend plein les yeux en découvrant ce dérivé du basket traditionnel. Sur le terrain, deux équipes de trois joueurs s'affrontent sur un seul panier. Les rencontres durent dix minutes ou s'arrêtent lorsqu'une formation atteint 21 points.

Animations et démonstrations 

Sport olympique depuis les Jeux olympiques (JO) de Tokyo en 2021, le "3x3" existe depuis longtemps mais cherche encore à conquérir le public. "C'est né dans la rue. Ça a tout le temps été joué. La fédération internationale l’a réglementé il y a à peu près 15 ans en créant des compétitions", détaille Nicolas Seignez responsable d'événements à la Fédération française de basket.

Au "3x3", les rencontres se jouent en musique et en plein air. Pour rendre le spectacle plus dynamique des animations sont proposées entre les matchs comme des démonstrations de breakdance, une discipline qui fera son entrée au programme olympique pour les Jeux de Paris.

En 2024, le terrain de "3x3" sera installé sur la place de la Condorde à Paris, en plein cœur de la ville, pour les JO. Pour l'heure dans la capitale bretonne, la discipline spectaculaire séduit le public. Comme Chloé Mathieu venue assister à l'événement avec ses deux enfants. Derrière ses lunettes de soleil, elle apprécie le jeu mais aussi les événements d'initiation tout autour du terrain principal. "Tout le monde y trouve son compte".

"L'évolution est exponentielle"

La mère de famille ne suit pas le basket d'habitude mais après avoir vu l'Open de France elle est conquise. "C'est un sport en extérieur qui nécessite assez peu de matériel, il ne suffit pas de grand-chose pour jouer", apprécie-t-elle. "C'est tendance et cela dépoussière un peu les sports traditionnels."

Alors que plusieurs dizaines de personnes font la queue à l'extérieur du site pour voir les équipes s'affronter, Gwen Pestel n'est pas surpris par cet engouement. Assistant de l'équipe de France féminine il a vu la progression du "3x3" en quelques années. "L'évolution est exponentielle", observe-t-il. "Aujourd'hui, il y a de futurs jeunes licenciés qui s'inscrivent au basket et ont l'envie de pratiquer du 3x3" sans forcément passer par le basket traditionnel. Pour lui aucun doute, ce basket urbain a de quoi séduire et va s'imposer durablement.