Elections régionales 2021 en Bretagne : comment les lobbies s'arrachent les candidats durant la campagne électorale

Grand oral, auditions, questionnaires, les candidats aux élections régionales et départementales à venir sont sollicités de toutes parts et invités à prendre position sur tous les sujets. Pressions, promesses en l'air ou échanges constructifs ?

© Pierre-Guillaume Creignou/FTV

"Ce midi j'étais en grand oral avec le Medef qui a travaillé sur ses priorités pour la région Bretagne, cet après-midi je serai représentée par une de mes co-listière lors d'une visio-conférence sur la vie associative, hier j'étais auditionnée par l'association Breizh Mer qui rassemble les filières pêche et aquaculture". L'agenda de campagne d'Isabelle Le Callennec, candidate Les Républicains à la Région Bretagne, fourmille de rencontres sur les sujets et préoccupations les plus divers.

 

Jusqu'à 200 invitations reçues

Agriculture, transports, déchets, culture, énergie, sport, formation, commerce, culture et langue bretonne, vie associative, jeunesse...Elle a reçu une soixantaine de sollicitations ces dernières semaines, l'équipe de campagne du président sortant en a compté plus de 200, celle de la candidate écologiste une centaine. Des questionnaires, des visio-conférences, quelques vraies rencontres auxquels tous s'attachent à répondre, autant que possible en personne, sinon par l'un de leurs co-listiers.

Prendre le pouls mais ne leurrer personne

Pour l'ensemble des candidats, ces rencontres de terrain, même à distance, sont l'occasion d'affiner leur connaissance du territoire et des préoccupations de leurs électeurs. "Ça permet de prendre le pouls des besoins et des attentes.", explique Isabelle Le Callennec. Pour Claire Desmares-Poirrier, candidate écologiste (Bretagne d'avenir),"C'est un outil de veille des forces vives de la Bretagne".

Toutes deux revendiquent l'honnêteté de leurs positions face aux représentants des différentes causes qu'elles reçoivent, mais l'impact de ces échanges est bien différent :

Pour la candidate écologiste, les apports du terrain ont déjà été inclus dans son programme :"Nous on a fait notre programme en le construisant avec la société civile, il a été amendé par les apports des citoyens. On ne fait pas notre programme en fonction de ces rencontres. Je prends les questions qui sont posées et pour y répondre je les mets en relation avec notre programme, notre socle de valeur, notre corpus idéologique".

Alors que la candidate LR les inclut au fur et à mesure dans son plan d'action : "On travaille déjà sur comment on va faire avec les propositions qu'ils nous font et qu'on partage. On gagne du temps. On sent par exemple les choses sur lesquelles il faudra se mettre à l'ouvrage tout de suite, les priorités. C'est très positif, on affine notre projet"

Etre écoutés, et entendus

Pour les associations et corporations qui sollicitent les candidats, l'attente principale dans ces rencontres avec les candidats, c'est d'être entendus.

Hervé Kermarrec, président du Medef Bretagne qui recevait ce mercredi 2 juin 5 des 13 candidats à la mandature régionale (Isabelle Le Callennec, Loïg Chesnais-Girard, Thierry Burlot, Daniel Cueff et Claire Desmares-Poirrier) explique : "Notre souhait est d'être écoutés et entendus, et qu'on travaille ensemble sur le développement économique de la région. On a le taux de chômage le plus faible de France, de nombreux atouts, les défis de la transition écologique et de la transition numérique à relever, nous devons travailler ensemble."

Plus offensif, le collectif de soutien aux victimes des pesticides de l'Ouest a reçu les candidats dans une ferme en présence de victimes qui ont témoigné de leurs situations, avec un objectif clair : "Ceux qui seront aux responsabilités, je pense qu'ils ne pourront pas oublier les moments qu'ils ont passé avec nous, les témoignages des malades. Et j'espère qu'ils sauront enfin faire passer la santé avant l'économie. Nous on veut l'arrêt des pesticides de synthèse dans l'agriculture. Ils nous on tous donné une date. Sur le comment, c'est plus flou." explique Michel Besnard, président du collectif.

Des bulletins de vote en jeu

Avec l'envolée du numérique, la teneur des échanges avec les candidats est rendue accessible à tous. Captations audio, vidéo, comptes-rendus écrits, si elles ne donnent pas de consignes de vote, les associations et corporations offrent à chacun la possibilité de se faire un avis éclairé. 

Viendra ensuite le temps des promesses à tenir, ou à rappeler à celles et ceux qui les ont faites.

 

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections élections régionales 2021