Cocaïne échouée sur les plages : le point sur l'enquête, un an après

Il y a un an, plusieurs vagues de ballots contenant de la cocaïne s'échouaient sur les plages de la façade atlantique et notamment sur la côte bretonne. Le parquet de Rennes revient sur une année d'enquête.
Une plage temporairement fermée après la découverte de ballots de cocaïne.
Une plage temporairement fermée après la découverte de ballots de cocaïne. © S. Soviller - France Télévisions
Le 18 octobre 2019, un premier ballot de cocaïne est retrouvé sur une plage vendéenne. Le début d'une longue série d'échouage sur la façade atlantique, donnant lieu à une enquête au long cours. "Au total, près de 1 600 kg de cocaïne ont été collectés entre Saint-Jean-de-Luz et Camaret. Une partie de la cargaison ayant été perdue en mer (de l'ordre du tiers ou du quart), le volume initial de produit peut être qualifié d'important", indique ce matin Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes, dans un communiqué.


D'où proviennent ces ballots ?


L'enquête permet aussi d'en savoir un peu plus concernant l'origine potentielle de ce phénomène. "Ces ballots provenaient vraisemblablement d'un même délestage intervenu dans une zone déterminée d'environ 8500 km² dans le golfe de Gascogne (très au large de Bordeaux) dans le courant du mois de septembre 2019", peut-on lire. Les stupéfiants eux auraient pour origine le nord de la Colombie.

Il reste néanmoins plusieurs zones d'ombres. "Malgré des recherches approfondies aucun élément n'a permis à ce jour d'identifier précisément le vecteur de transport (voilier, cargo ou sous-marin) ni l'origine de ce délestage , ni son caractère volontaire ou accidentel", détaille Philippe Astruc.

L'enquête est donc toujours en cours.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers littoral justice société