Coronavirus : une étudiante chinoise portant un masque, apostrophée par un chauffeur de bus à Rennes

© T. Peigné - France 3 Bretagne
© T. Peigné - France 3 Bretagne

"Corona, corona !"...Quand cette jeune étudiante chinoise monte dans un bus du STAR mardi 3 mars dernier à Rennes, le chauffeur prononce ces mots, selon le témoignage de la jeune-fille. Elle portait un masque de protection. Choquée, elle et son ami attendent des excuses. 

Par Catherine Jauneau


Etudiante à Rennes depuis un an, Zhang, une jeune chinoise de 23 ans, a publié un post sur sa page Facebook pour raconter sa mésaventure. Avec son colocataire, elle monte dans le bus numéro 14 le matin du 3 mars dernier. A ce moment-là, le chauffeur s'exclame: "Corona, corona !" selon son témoignage. 

"Choqué, mon ami est descendu aussitôt. Moi, je n'ai pas eu le temps. J'ai appuyé sur le bouton d'ouverture des portes et ça ne s'est pas ouvert. Je suis descendue à l'arrêt suivant!"

Zhang précise : "le chauffeur ne m'a pas dit de descendre, mais j'ai eu peur. Je portais un masque recouvert d'une écharpe pour me protéger du coronavirus, pourquoi a t-il réagit comme cela ?"
C'est par mesure de précaution face au risque d'épidémie que la jeune fille s'est protégée avec un masque. Pour elle, la situation en France est grave : "Il est nécessaire d'éviter les transmissions du virus, surtout dans les transports en commun."

Elle a adressé un message au Service des transports de l'agglomération rennaise (STAR) en demandant des excuses, se réservant le droit de poursuivre l'entreprise et le chauffeur pour discrimination et racisme.
"Il s'agit d'une attaque malveillante avec des préjugés racistes qui nous a causé de graves dommages psychologiques, affectant notre droit à utiliser normalement les transports en commun" écrit t-elle sur Facebook.


Le chauffeur convoqué par son employeur


Le STAR lui a répondu par courriel, après avoir reçu sa réclamation. L'entreprise lui a aussitôt présenté ses excuses.
Joint par nos soins, le STAR précise : "nous allons proposer un rendez-vous à notre cliente. Auparavant, le conducteur qui a été identifié doit être reçu pour nous donner sa version des faits. C'est un cas extrêmement pris au sérieux chez nous. La procédure est toujours la même en cas de faits de discrimination ou de racisme survenus sur nos lignes."
 

L'an passé, trois cas ont été signalés. Mais il s'agissait d'agression entre usagers pour harcèlement.

Zhang insiste sur la liberté de chacun de choisir ou non de se protéger dans les bus et les métros. Elle ne comprend pas qu'on puisse lui en faire le reproche. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus