Coronavirus : des opérations reportées, 48 lits en réanimation, le CHU de Rennes en ordre de bataille

Le service des Urgences du CHU Pontchaillou à Rennes / © Maxppp - V. Michel
Le service des Urgences du CHU Pontchaillou à Rennes / © Maxppp - V. Michel

Le CHU de Rennes a annoncé une série de mesures pour faire face à la pandémie du coronavirus Covid-19. Report des opérations non-urgentes, ouvertures de lits supplémentaires en réanimation, le CHU de Rennes a dévoilé son plan de mobilisation

Par Thierry Peigné


Avec la progression de l'épidémie de coronavirus, le CHU de Rennes adapte son dispositif d'accueil. Lors d'un point presse, Véronique Anatole Touzet, directrice du CHU de Rennes a tenu a préciser toutes les mesures prises au sein de l'établissement.
 

Les opérations non-urgentes reportées


Emmanuel Macron l'avait annoncé lors de son allocution jeudi 12 mars. Les hôpitaux vont devoir se préparer à un éventuel afflux de malades contaminé par le coronavirus Covid-19. Au CHU de Rennes, comme dans d'autres structures hospitalières, les opérations non-urgentes vont être déprogrammées. "Ce sont les secrétariats de chaque service du CHU qui vont appeler chaque patient en fonction de leur situation clinique et de la nécessité ou de la nécessité ou pas de reporter leur intervention. Ils ne faut pas qu'ils appellent eux-mêmes" tient à préciser Véronique Anatole Touzet.

"Toutes les équipes chirurgicales et médicales ont été sollicitées depuis quelques jours pour établir une hiérarchie dans l’urgence ou la semi-urgence de prise en charge des patients, même si certains patients vont le vivre douloureusement" ajoute Gilles Brassier, président de la commission médicale d’établissement. "Elles sont reportées et non pas annulées". Les opérations urgentes en cardiologie, neurochirurgie et en cancérologie seront maintenues.

Par contre, les consultations ne sont pas pour autant reportées : "ce n'est pas dans l’esprit du CHU de reporter les consultations" affirme Gilles Brassier.
 

Jusqu'à 48 lits en réanimation pour les patients du Covid-19


La directrice du CHU de Rennes a précisé qu'actuellement, deux patients du Covid-19 sont en réanimation au sein de l'établissement. Sur les 73 lits de réanimation dont dispose le CHU dans les secteurs de réanimation médicale, chirurgicale, cardiaque et vasculaire et de soins continus, "nous avons prévu un plan qui devrait permettre de façon graduée de mobiliser 48 lits pour les patients du Covid-19 ... ce qui, à ce jour, semble largement suffisant" explique Véronique Anatole Touzet.
Le CHU mobilise jusqu'à 48 lits en réanimation pour les patients du Covid-19
Véronique Anatole Touzet, directrice du CHU de Rennes

"48 lits en réanimation, c'est un chiffre énorme", tient à préciser le professeur Matthieu Revest du service d’infectiologie, "Personne ne peut dire à ce jour si on aura besoin d'autant de lits de réanimation, et ce sera certainement moins". Et de rappeler que "l'immense majorité des personnes atteintes par le Covid-19 ne nécessite pas de réanimation" mais "on se met en position d'être capable d'accueillir un grand nombre de malades comme si l'épidémie touchait un très grand nombre de personnes".
 

Plus de dépistage automatique


"Le temps du dépistage systématique de tous les patients est passé" ajoute Matthieu Revest. "Avec l'installation de l'épidémie, on ne fera le diagnostic que quand ça servira au patient. Quand on va chez le médecin pour une grippe, il ne vous fait pas de test pour savoir si c'est la grippe. Hé bien, pour les formes pas grave (de Covid-19) c'est ce que l'on fera aussi".

Le professeur Mathieu Revest a précisé que le laboratoire de virologie du CHU de Rennes réalisait 100 tests Covid-19 par jour.
 

1800 appels par jour au SAMU


Incidence de cette épidémie, l'engorgement que connaît le SAMU avec ces deux derniers jours une saturation avec quelque 1800 appels par jour dont 700 appels liés directement au Covid-19 alors qu'une journée "normale", ce sont 400 à 600 appels au total.
Le professeur Louis Soulat, directeur des Urgences et du SAMU 35 précise que les moyens ont été adaptés pour répondre aux appels. Et de rappeler que "leur première mission est de limiter l’accès aux services hospitaliers et aux urgences pour les protéger".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus