Coupe de France : l'entraineur rennais Julien Stéphan veut se focaliser sur la compétition, et pas sur le reste

Le Stade Rennais disputera demain 11 février son 1/4 de finale de Coupe de France face à Belfort. Dans un contexte tendu après l'éviction du président Olivier Letang, l'entraîneur Julien Stephan veut se focaliser sur la compétition. Et fait une mise au point sur les bruits qui circulent.   
© DENIS CHARLET / AFP
A la veille du quart de finale de la Coupe de France mardi 11 février face à Belfort, l’entraîneur du Stade Rennais s’est exprimé face à la presse, sur le match qui s’annonce, et sur l’actualité du club aussi, dans la tourmente depuis l'éviction d’Olivier Letang.


"Je ne m'occupe que de l'équipe, et c'est suffisant"


La relation compliquée entre Julien Stephan et son ancien président a été évoquée ces derniers jours pour expliquer la décision de l'actionnaire Francois Pinault, de se séparer d'Olivier Letang. "Cela vous met-il une pression supplémentaire sur les épaules en terme de résultats ?", a demandé un journaliste. 

« La pression, elle est inhérente au métier, a répondu Julien Stephan. Aujourd’hui, je n’ai pas plus de pression que lorsque j’ai récupéré l’équipe en décembre 2018, 14e à quatre points du barragiste et que j’entendais parler éventuellement d’une potentielle relégation ou de difficultés".

"Je n’ai pas plus de pression que fin novembre lorsque j’avais trois matches pour sauver mon poste et que je voyais des noms fleurir dans la presse pour venir me remplacer. Je n’ai pas plus de pression que çela. Elle fait partie de ce métier. Il faut l’accepter et vivre avec ». Avant d'ajouter qu'il ne s'occupait que de l'équipe et que c'était déjà suffisant". 

  

Un quart de finale chez le Petit Poucet 


Dans ce contexte tendu, le Stade Rennais va donc disputer demain son 1/4  de finale de la Coupe de France, chez le petit poucet, Belfort, une équipe de Nationale 2. L'entraîneur breton devra faire sans Jérémy Morel blessé. Damien Da Silva est quant à lui incertain. 
 
"Il y aura évidemment de la pression, a dit Julien Stephan, mais c’est une chance de pouvoir disputer un quart de finale, et ce sera pour la 2e année consécutive, ce qui n’était pas arrivé depuis 16 ans au club".

"Belfort a sorti des clubs hiérachiquement supérieurs, a rappelé l'entraîneur breton, Ajaccio, Nancy et Montpellier. Cette équipe a de la ressource. On va la respecter et tout faire pour se qualifier, dans un stade ou il y aura une grosse ferveur." 

16 000 spectateurs sont attendus au Stade Bonal.    


Les affiches des 1/4 de finale

Mardi
Belfort (N2) - Rennes à 20 h 55
    
Mercredi
Dijon - Paris SG
Lyon - Marseille

Jeudi
Epinal (N2) - Saint-Etienne
    
    





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport ligue 1 stade rennais fc coupe de france