Covid : Morbihan et Ille-et-Vilaine en alerte. Rennes en alerte renforcée. Ça veut dire quoi ?

Ce mercredi 24 septembre, le ministre de la santé a annoncé que le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine passent en zone d’alerte. La métropole rennaise, elle, passe en zone d’alerte renforcée. Qu’est-ce-que cela signifie ? Et quelles en sont les conséquences ?
 

Terrasses de bar à Rennes, place des Lices
Terrasses de bar à Rennes, place des Lices © FTV - Lucas Hobé
Lors d’un point sur la situation de l’épidémie de Covid,ce mercredi 23 septembre, le ministre de la santé, Olivier Véran, a annoncé le passage en zone d’alerte pour le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine, comme 67 autres départements. La métropole rennaise est classée, elle, en zone d’alerte renforcée. Explications :
 

Les critères du classement         


Les territoires où le Coronavirus circule activement sont classés en quatre catégories : zone d’alerte, zone d’alerte renforcée, zone d’alerte maximale et enfin état d’urgence sanitaire (actuellement plus aucun territoire français n’entre dans cette catégorie).

Pour ce classement, trois critères sont pris en compte :  


Les différentes zones

 
En rose, les départements placés en zone d'alerte, ce mercredi 23 septembre 2020.
En rose, les départements placés en zone d'alerte, ce mercredi 23 septembre 2020.
 

Les conséquences

Enfin, "les EHPAD sont invitées à prendre des mesures renforcées pour protéger les résidents tout en maintenant les liens avec les proches", selon les termes du ministre. Des rendez-vous pour rendre visite aux résidents vont à nouveau être mis en place.

Les préfets, l’ARS (agence régionale de santé) et les élus locaux peuvent aller plus loin dans les restrictions imposées. Ils ont jusqu’à ce vendredi 25 septembre en fin d’après-midi pour rendre leurs conclusions.
Les mesures mises en place sont valables deux semaines. La situation est réévaluée chaque semaine. En cas de passage au stade supérieur, l’alerte maximale, les bars et restaurants devraient complètement fermer.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie social