Des love rooms dans un ancien presbytère : un concept venu du Japon pour pimenter les ébats amoureux des couples.

Publié le
Écrit par catherine Jauneau avec Gilles Le Morvan

Connaissez vous les love rooms ? Ces chambres d'amour, sont des hébergements destinés aux couples. Le concept viendrait du Japon et semble gagner en popularité en France. En Bretagne, ce type de location s'implante aussi ici et là sur le territoire. Mais certaines sont plus originales que d'autres. A Martigné-Ferchaud dans le sud de l'Ille et-Vilaine, deux love rooms ont même ouvert en 2020... dans un ancien presbytère.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

A Martigné-Ferchaud, c'est chaud ! et pas seulement à cause de la canicule. Didier Louasil, un entrepreneur du secteur a réhabilité l'ancien presbytère , derrière l'église du village pour y installer un concept de chambres d'amour. Deux love rooms qui font s'interroger les habitants .

petit sourire en coin, louis, un ancien , commente un peu dubitatif : " c'est spécial, les gens qui viennent ici, passer une nuit, c'est quelque chose !"Jeannine, elle nous confie : "

est-ce que c'est vraiment des couples légitimes qui passent ici? Je ne peux pas vous dire....'

Réponse avec le propriétaire des lieux qui nous fait la visite de l'Eros suite et loft  .Dans une des chambres : un sofa tantra, une barre de pole dance, un lit king size et au dessus : un miroir. De quoi s'adonner à des jeux coquins et à de nouvelles expériences! A la cave, une suite classée 5 étoiles pour un tourisme un peu particulier, a été aménagée avec des accessoires particuliers comme cette balançoire érotique et un jacuzzi.

Ca a surtout fait jaser car il y a confusion entre les love rooms et les clubs libertins. Mais chez nous, dans chaque pièce, on ne reçoit qu'un seul couple. En majorité, ce sont des trentenaires ou des quadragénaires qui veulent s'échapper le temps d'un week-end, sans les enfants.

Didier Louasil, propriétaire de L'Eros

Les love rooms ont le vent en poupe en Bretagne. Ici, 95% des clients seraient des couples légitimes.

Le fait que ce soit un peu tabou et interdit, ça a un côté excitant. Et puis c'est entre nous deux, on ne vois pas où est le problème. Il y a beaucoup de divorces, donc si on peut pimenter un peu notre week-end, ça nous rapproche.

Un couple habitué des "Love room"

Comptez tout de même entre 300 et 350 euros la nuit : un tarif qui ne refroidit pas la clientèle ! Les chambres sont complètes tous les week-ends et réservées aussi en semaine. Si l'on vient parfois de loin, il se murmure que certaines personnes des environs viennent aussi s'encanailler . Du côté de Martigné, il n'y aurait pas que des enfants de cœur !