Lancé cet été dans le grand bain, Désiré Doué étale un culot et une classe qui rappellent les plus belles pépites du Stade Rennais. A 17 ans, le milieu offensif devrait découvrir la Ligue Europa ce 15 septembre contre le Fenerbahçe.

La semaine dernière, une épreuve du bac en retard l'avait privé du voyage à Larnaca, où les hommes de Bruno Genesio ont peiné pour s'imposer sur le fil (2-1). Mais, désormais, Désiré Doué fait partie des atouts maîtres du Stade Rennais.

Lancé cet été dans le grand bain, le jeune joueur étale un culot et une classe qui rappellent les plus belles pépites Rouge et Noir. A 17 ans, il devrait découvrir la Ligue Europa, ce 15 septembre, contre le Fenerbahçe.

Une promesse

Né à Angers, Doué joue au Stade Rennais depuis sa première licence, signée en septembre 2011. Au sein du club, il était perçu comme une promesse de la trempe d'Ousmane Dembélé et Eduardo Camavinga.

Poussé derrière son frère Guéla, de trois ans son aîné, défenseur de l'équipe réserve, Désiré Doué était apparu à deux reprises dans le groupe professionnel en février et mars, sans entrer en jeu.

L'ascension du cadet a pris un caractère fulgurant avec le sacre à l'Euro U17 en juin, en compagnie de deux autres Rennais, le défenseur Jeanuël Belocian et le surdoué Mathys Tel, harponné peu après à grands frais par le Bayern Munich.

Pendant la préparation d'été, Doué a confirmé qu'il avait un truc en plus et qu'il pouvait lui aussi prétendre à l'élite. Au point de décrocher sa première titularisation dès la 4e journée à Lens (défaite 2-1), profitant de la fracture du nez de Lovro Majer.

"Enthousiasme et intensité" 

Sérieusement bousculé par les hommes de Franck Haise, il n'a jamais abdiqué. Et quelques jours plus tard, il a inscrit son premier but le 31 août face à Brest (3-1), avec un sang-froid déconcertant au moment de conclure.
Au passage, il est devenu le premier jeune né en 2005 à marquer dans l'un des cinq principaux championnats européens, deux semaines avant Mathys Tel à Munich.

Dimanche, face à Auxerre (5-0), le milieu offensif était à nouveau titulaire, au détriment de Majer, qui n'a pas encore retrouvé son niveau de l'an dernier.
"C'est quelqu'un qui travaille dur, super bien éduqué. Il est à l'écoute" salue le milieu rennais Benjamin Bourigeaud, tout en souriant. Il aime le ballon, parfois trop, mais on est là pour le lui dire".

Bluffé par le gamin, Bruno Genesio confirme qu'il doit encore gagner en simplicité dans son expression collective. "A chaque fois qu'il entre, il amène de l'enthousiasme, de l'intensité. Il a encore des choses à améliorer, mais il avance un peu plus vite que prévu" constate-t-il.

 "Garder la tête froide" 

"Maintenant, le plus dur va commencer. Il va avoir beaucoup de projecteurs sur lui, il va devoir garder la tête froide" prévient l'entraîneur de Rennes.
La blessure dimanche de Baptiste Santamaria - le métronome du jeu rennais touché aux ligaments d'une cheville et absent plusieurs mois - pourrait obliger Genesio à compenser en privilégiant l'expérience au milieu de terrain. Mais l'ancien Lyonnais n'a jamais hésité à faire confiance aux débutants. L'an dernier, il avait ainsi rapidement lancé Warmed Omari.

A seulement 17 ans, Désiré Doué semble encore d'une autre trempe. Physiquement, il est là, répondant dans les duels, avec un port altier et un vrai culot.
Quand Benjamin Bourigeaud ou Lovro Majer ne sont plus sur la pelouse, c'est à lui, déjà, que revient la charge des coups de pieds arrêtés.
Il n'évolue pas dans le même registre que Camavinga ou Dembélé, mais il semble avoir un avenir radieux devant lui. L'Europe va le découvrir désormais.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité