Grève du 9 mai : les perturbations prévues dans les écoles et les cantines

Le fonctionnement des cantines scolaires seront perturbées à l'occasion du mouvement de grève du 9 mai / © BELPRESS/MAXPPP
Le fonctionnement des cantines scolaires seront perturbées à l'occasion du mouvement de grève du 9 mai / © BELPRESS/MAXPPP

Un mouvement de grève nationale de la fonction publique impactera le fonctionnement des écoles et des cantines le jeudi 9 mai. Retrouvez ici, les listes des établissements concernés.

Par E.C


Un mouvement de grève nationale aura lieu le 9 mai. Des perturbations sont à prévoir et toucheront les écoles ainsi que les cantines scolaires de la région.


Service minimum


Sur les 83 écoles maternelles et élémentaires rennaises, 34 écoles sont concernées par un Service minimum d'accueil (SMA) assuré par la Ville de Rennes. Les écoles maternelles Jean Moulin et Léon Grimault seront elles fermées. 

15 restaurants scolaires seront fermés le midi.

Dans 42 écoles, les parents devront fournir un pique-nique et 18 écoles assureront un repas normal. L'accueil du matin sera fermé dans 36 écoles et 23 écoles n'assureront pas l'accueil du soir. Trois crèches devraient rester ouvertes : Jean Rostand, Colette et Jean Piaget tandis que 14 autres ne seront ouvertes que partiellement. 

Le détail de ces perturbations est disponible en ligne.


Quimper et Brest


Dans le Finistère, Quimper et Brest annoncent également des perturbations. Retrouvez ci-dessous le détail des établissements concernés.
 

 


Plusieurs villes proposent des accueils du soir regroupés pour les parents n'ayant pas trouvé de solution de garde, comme à Saint-Brieuc


Pourquoi un mouvement de grève ?


Cet appel à la grève dans la fonction publique est lancé par les syndicats CFDT, CGT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, FA-FP, CFE-CGC et CFTC. À l'origine de ce mouvement de colère, le projet de loi du gouvernement. Les syndicats estiment que cette réforme va "encore dégrader les services publics et les conditions de travail des agents".  
 

Interrogé par Europe 1 sur cette grève, le ministre de l'Éducation nationale a expliqué ne pas craindre ce mouvement, soulignant le taux faible de grévistes.
 

Jean-Michel Blanquer a également évoqué le relèvement du salaire des enseignants, en reliant la question à la réforme des retraites car "si voulons qu'il y ait de l'équité au moment de cette future retraite, il faut que dans l'intervalle on ait réussi à monter le pouvoir d'achat des professeurs". "Ça va nous amener au cours des prochains mois dans les discussions avec les organisations syndicales à programmer l'évolution du pouvoir d'achat des professeurs", a-t-il ajouté sans donner de chiffres plus précis. Mais garantir un salaire minimum de 2.000 euros par mois à tous les professeurs "serait un bel objectif, typiquement le genre d'objectif que je souhaite me fixer", a-t-il assuré, ne souhaitant pas "être plus précis à ce stade".


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus