Grogne dans les EHPAD : un manque de moyens dénoncé à Rennes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Corentin Bélard

Les conditions d'accueil en maison de retraite se dégradent. Les soignants ne peuvent pas répondre convenablement aux demandes des résidents. À l'EHPAD Saint-Cyr de Rennes, c'en est trop pour le personnel soignant, qui laissent éclater sa colère.

À trop tirer sur la corde, elle finit par rompre ! Cette expression résume bien la situation actuelle dans les Établissements d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) pour les soignants qui y travaillent. Ils dénoncent un manque de moyens pour accomplir leur travail convenablement, et cela se ressent sur l'accueil et les soins apportés aux résidents.

À Rennes, les personnels de l'EHPAD de Saint-Cyr serrent les dents tous les jours. Ils sont désespérés de faire de leur mieux sans que cela se répercute sur les résidents. Ils pâtissent d'un manque cruel de temps : infirmières et aide-soignantes ne peuvent pas" être au four et au moulin".
 

Dépassées par l'ampleur du travail

Bien malgré elles, les soignantes de l'EHPAD Saint-Cyr se sentent impuissantes face au problème. L'une soupire "j'en peux plus, mais il faut prendre sur soi, les personnes ont besoin de nous" quand l'autre constate que "les résidents arrivent de plus en plus tard, donc sont plus dépendants, et demandent plus de soins."

En effet, il y a 25 ans, les personnes arrivaient en maison de retraite autour de 80 ans. Elles y entrent aujourd'hui à 85.
 La direction de l'établissement estime ne pas comprendre qu'on abandonne des personnes âgées pour faire grève. 

Cependant, les personnels en colère sont soutenus par une majorité de familles de résidents. Elles sont conscientes du "travail formidable" accompli par les aide-soignantes mais font le même état de fait : elles ne sont pas assez nombreuses pour subvenir à l'ensemble du travail nécessaire à la bonne gestion de ce genre d'établissement.
En France, on compte 0,6 soignants par résident. Quand il était Premier ministre, Dominique de Villepin avait promis que le taux d'encadrement serait bientôt de 1 pour 1 et c'était en 2005 !
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité