“Il y a une volonté politique de me faire taire.” Dieudonné risque 8 mois pour un spectacle joué près de Rennes

Pour s'être produit sur la scène d'un château près de Rennes, Dieudonné risque 8 mois de prison. Devant le tribunal de Rennes, ce lundi 8 janvier, l'humoriste plusieurs fois condamné pour incitation à la haine raciale prétend "qu'il y a une volonté politique de le faire taire". La justice donnera son verdict le 22 janvier 2024.

Dieudonné, le controversé humoriste prend la parole au tribunal de Rennes. "Je constate fermement, j'ai l'impression de participer à un spectacle". Convoqué par la justice pour un spectacle en one man show qui s'est déroulé le 25 février 2023 sans avoir averti la propriétaire du lieu qu'il s'agissait de lui, Dieudonné s'en prend au président du tribunal. "Il y a une volonté politique de me faire taire" prétend l'acteur. "C'est moi qui suis visé en tant qu'artiste. Il y a une pression pour que je me taise".

Dieudonné reproche une "démonstration de force"

L'acteur est poursuivi pour escroquerie. La gérante du château de Piré-Chancé avait porté plainte à la suite du spectacle en ayant découvert qui montait sur les planches de sa salle. "Je fais 200 dates par an, jamais ma présence n'est annoncée" se justifie Dieudonné devant le tribunal.

L'humoriste, condamné plusieurs fois pour discours négationnistes et incitation à la haine raciale, s'étonne de se retrouver dans une affaire d'escroquerie "alors qu'il n'y a pas de partie civile".

Dans cette salle où je vais sûrement rejouer, on m'accuse d'une escroquerie alors que tout a été payé. On veut simplement me faire taire et m'interdire de spectacle.

Dieudonné

"J’ai eu beaucoup de procès, avec mon casier judiciaire je pourrais faire un roman. Dans cette salle où je vais sûrement rejouer, on m'accuse d'une escroquerie alors que tout a été payé. On veut simplement me faire taire et m'interdire de spectacle".

Lire : Enquête ouverte après un spectacle de Dieudonné dans un château près de Rennes

Son avocat plaide la relaxe

Face à sa défense, la réquisition du ministère public est de huit mois de prison pour Dieudonné. Pour Camille Leroy, également mise en cause dans le dossier pour avoir signé le contrat avec la propriétaire du château, le ministère public demande cinq ans d'inéligibilité et 5000 euros d'amendes. Leur avocat plaide la relaxe. Le délibéré sera rendu le 22 janvier 2024.

"Ce qui reste dérangeant, c'est le vide intersidéral de ce dossier" s'amuse l'avocat de Dieudonné. "Je ne sais pas ce qui est reproché à Camille Leroy et Dieudonné Mbala Mbala". L'avocat argumente, "toute escroquerie se base sur un mensonge. Ici, il n'y a aucun mensonge".

Toute escroquerie se base sur un mensonge. Ici, il n'y a aucun mensonge.

Avocat de Dieudonné

Depuis les débuts des années 2000, l'acteur Dieudonné Mbala Mbala a fait l'objet de poursuites judiciaires constantes, notamment pour "injure publique à caractère antisémite" et "contestation de crime contre l'humanité". À de nombreuses reprises, il a été l'objet de condamnations. Ses comptes sur Facebook, Instagram et sa chaîne Youtube ont été définitivement fermés. En 2020, Facebook déclarait : "Dieudonné a systématiquement enfreint nos règles relatives au discours de haine en publiant du contenu se moquant des victimes de la Shoah ou en utilisant des termes déshumanisants envers les juifs."