Jardinage. Que faire de vos tontes de pelouse si votre déchetterie ne les accepte plus ?

Depuis 1er janvier 2024, Rennes est la première grande métropole de France à interdire les tontes de pelouse dans ses déchetteries. Et avec l'arrivée du printemps, beaucoup se demandent ce qu'ils vont bien pouvoir faire de ces déchets verts. Mulching, paillis... voici quelques idées (Republication)

Depuis le 1er janvier 2024, on ne peut plus déposer ses tontes de pelouse dans les déchetteries de l’agglomération rennaise. La capitale bretonne est la première grande métropole de France à avoir voté cette interdiction. Les habitants sont invités à faire évoluer leurs pratiques pour atténuer les impacts des changements climatiques.

"On va avoir un souci avec la question de l’eau, la biodiversité, l’érosion de nos sols", indique Laurent Hamon, vice-président de Rennes métropole en charge des déchets et de l’économie circulaire. "Les tontes de pelouses sont composées à 80% d’eau. Avec le réchauffement, les sécheresses, elles peuvent vraiment nous aider."

Une mesure qui interroge les usagers

Dans les jardins, la mesure suscite quelques réticences : où mettre ses déchets de tonte ? Que faire lorsqu'on a un jardin de 600 mètres carrés.

"Aujourd’hui, les tontes, amenées essentiellement par les particuliers, représentent 30% des apports en végétaux dans nos déchetteries, poursuit Laurent Hamon.

"Les particuliers prennent leurs voitures pour les apporter. Ensuite, la collectivité les emporte sur d’autres plateformes. On déplace des masses d’eau sur le territoire en produisant toujours plus de gaz à effets de serre. Il faut travailler sur des solutions plus simples, et plus efficaces. En valorisant les tontes chez soi."

Tondre moins raz, utiliser le mulching, le paillage..  

Alors quelles sont les alternatives ?  Éviter d'abord une tonte systématique, et "tondre aussi moins raz" souligne Florian Besnier, responsable de l'Unité Filière au service déchets à la métropole rennaise. "Avec des tontes à 3 ou 5 cm, on a des jardins qui deviennent stériles, qui ne peuvent pas résister à des sécheresses récurrentes. Il faut tondre à 8 cm. Pour que la biodiversité puisse se développer." La Métropole rennaise invite aussi les particuliers à privilégier le paillis, ou le mulching :

- Tonte étalée fraîche : cela permet à la terre de garder son humidité. Apport d'éléments nutritifs une fois le paillis dégradé. Habitat pour la faune auxiliaire du jardin.
- Tonte séchée : en étaler une partie en couches plus épaisses au pied des massifs. Mettre de plus petites quantités dans son composteur individuel (interdit dans les composteurs partagés).
- Le mulching : autre option, à condition d'avoir une tondeuse équipée, "adopter la tonte mulching qui consiste à laisser sur place l’herbe finement coupée. Celle-ci se décompose naturellement, apporte au sol des éléments nutritifs et maintient un bon apport d’humidité". 

En 2021, pendant la pandémie, la Métropole rennaise avait déjà communiqué sur la question en invitant au jardin zéro déchets.

Un accompagnement et des aides pour les particuliers 

Pour accompagner les particuliers vers un jardin "zéro déchet", la métropole rennaise promet un accompagnement, des démonstrations pour faciliter un changement des pratiques.

Pour ceux dont les tondeuses ne sont pas équipées, des aides seront apportées pour se doter d'un kit "mulching". Et l'utilisation partagée de broyeurs sera facilitée.