Jean-Yves Le Drian, invité d’un colloque sur la paix : "nous sommes dans une situation de dérégulation du monde"

Ce 10 avril 2024, l’association culturelle espace Bonne Nouvelle de Rennes organise un Colloque sur la paix. Jean-Yves Le Drian, ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères participe à ce débat. L’occasion pour lui de faire un point sur la situation internationale.

Le fait que ce colloque se tienne est révélateur d’une période, commence Jean-Yves Le Drian. "Il y a trois ou quatre ans, nous n’aurions pas organisé ce type de rencontre. Là, nous sommes dans une période de gravité, de tension, dans une période où la paix est menacée. Il est utile que les gens prennent la parole pour évoquer la situation et regarder les choses en face."

L’ancien ministre des Affaires étrangères ne cache pas son inquiétude : "Il y a eu une sorte de basculement dans l’histoire, on a changé d’ère. Nous avons passé une trentaine d’années dans une relative euphorie, après la chute du mur, les relations étaient bonnes, les conflits se réglaient, nous avions des instruments de sécurité européens, chacun se sentait protégé et puis, brutalement, tout change. Les fondamentaux sur lesquels vivait la communauté internationale sont tous en train de tomber."

durée de la vidéo : 00h01mn01s
Jean-Yves Le Drian était l'invité du JT de France 3 Bretagne ce mercredi 10 avril avant une conférence sur la paix. Il fait état du "dérèglement du monde" ©France 3 Bretagne

"Il n’y a plus d’organe de régulation, les Nations Unies ne jouent plus leur rôle, les puissances émergentes s’affirment et dans ces brèches-là, vous avez la pénétration d’instinct de renouvellement des empires. Nous sommes dans cette situation de dérégulation du monde, ce qui provoque des conflits un peu partout."

"C’est une situation assez grave qu’il faut regarder en face et essayer d’imaginer si on peut mettre des outils en place pour éviter que ces conflits ne dégénèrent ou qu’il y ait une escalade de ces conflits."

"L'Ukraine, c'est notre liberté"

Sur le conflit en Ukraine, Jean-Yves Le Drian demande davantage de soutien de la France et des autres États de l’Union et de l’Otan. "L’Ukraine, dit-il, c’est notre liberté, la guerre est en Europe. L’Ukraine est notre alliée, c’est un pays qui a été agressé par un agresseur, il faut que l’agresseur se retire. Il faut que la France, et les autres pays européens, les pays de l’Otan, soutiennent les efforts des Ukrainiens pour assurer leur propre sécurité, l’intégrité de leur territoire parce qu’ils sont chez eux et on vient les déplacer, on vient prendre leur patrie donc il faut soutenir les efforts de l’Ukraine et la France doit faire entendre sa voix pour conforter l’action des forces armées Ukrainiennes pour assurer leur sécurité, leur indépendance, c’est cela qui est en jeu."  

Un État Palestinien

L’ancien ministre des Affaires étrangères s’est prononcé pour la reconnaissance d’un État Palestinien. "On sait ce qu’il faut faire à Gaza. Il y a eu d’abord un drame épouvantable, un massacre innommable le 7 octobre, le plus gros massacre antisémite depuis la dernière guerre et puis il y a eu en réaction une hyper violence insupportable qui provoque un mécanisme de guerre sans fin auquel il faut essayer de mettre un terme et on sait les éléments de réponse : il faut d’abord un cessez-le-feu, il faut la libération des otages parallèlement, engager l’aide humanitaire de manière massive et engager un processus politique pour faire en sorte qu’on aboutisse à deux États. Il n’y a pas d’autres solutions, pour la sécurité d’Israël, elle-même, qu’il y ait deux États."

"Donc tous les efforts de la communauté internationale doivent aller dans ce sens parce qu’au-delà de la crise elle-même, il y a les risques d’escalade, en mer Rouge, peut-être au Liban, peut-être en Irak, et quand il y a des escalades qui se poursuivent avec un axe qui est en train de se constituer entre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord, la situation peut devenir très grave."

(avec Ines Tayeb)

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité