JO de Tokyo - Judo : la Rennaise Clarisse Agbegnenou prend sa revanche et remporte la médaille d'or des moins de 63 kg

La Française Clarisse Agbegnenou, née à Rennes, a remporté le titre de championne olympique en judo. Dans cette finale, elle a pris sa revanche face à la Slovène Tina Trstenjak, qui l'avait battue aux jeux de Rio en 2016.
Clarisse Agbegnenou, médaillée d'or des - de 63 kg à Tokyo, promue au grade de chevalier de la Légion d'honneur
Clarisse Agbegnenou, médaillée d'or des - de 63 kg à Tokyo, promue au grade de chevalier de la Légion d'honneur © AFP - J. Guez

Clarisse Agbégnénou était l'une des grandes favorites de cette catégorie des moins de 63 kg. Celle qui a le plus beau palmarès du judo féminin français, a enfin décroché son premier titre olympique. Elle était opposée à la Slovène Tina Trstenjak, qui l'avait battue sur les tatamis brésiliens en 2016, la laissant avec la médaille d'argent. Depuis cette défaite, la judokate française avait dominé à trois reprises son adversaire. Dans cette finale à Tokyo, elle s'impose sur waza-ari.

 

"Prendre ma revanche 5 ans après, je n'aurai pas pu rêver mieux"

C'est en pleurs que la judokate a répondu aux questions de France Télévisions. "ENFIN, c'était la plus dure journée mentalement mais finalement c'était la plus simple, a commencé par expliquer la toute fraîche championne olympique, j'ai cette médaille enfin, j'y crois pas. Ça n'a pas été simple, mais ... je n'ai même pas les mots, a-t-elle continué emplie d'émotion. "Moi, prendre ma revanche 5 ans après, je n'aurai pas pu rêver mieux." La Rennaise a remercié tous ses proches et tout ceux qui l'ont aidée et cru en elle.


Quelques minutes après sa victoire, la championne olympique s'est vu féliciter par l'autre ténor du judo français, Teddy Riner, 10 fois champion du monde en individuel et deux fois champion olympique. Sur Twitter, il lui écrit "Tu la mérites tellement, tout ce travail de dingue fourni pendant ces années a payé, et avec la manière. Tellement heureux pour toi et fier de notre porte-drapeau."


Un parcours sans faute

Pour arriver en finale, la quintuple championne du monde et quintuple championne d'Europe avait dominé la Canadienne Catherine Beauchemin-Pinard en demi-finale. 

Elle avait au préalable écarté la Cap-Verdienne Sandrine Billiet sur ippon puis la Néerlandaise Juul Franssen en quart de finale sur waza-ari.


Née à Rennes en 1992

Clarisse Agbegnenou est née le 25 octobre 1992, à Rennes, mais c'est à Asnière qu'elle découvre le judo, avant d'intégrer, à 14 ans, le pôle France d'Orléans. Dans un portrait que lui consacrait les Echos en juin, ses proches racontent qu'elle "mourait d'ennui à l'école et pensait plus à se bagarrer à la récré qu'à travailler en classe."  "C'est une vraie battante", se plaît à rappeler son père, né au Togo, véto de formation devenu ingénieur, qui l'a obligée à décrocher le bac malgré ses exploits sur les tatamis.

Depuis, la judokate a presque tout gagné en moins de 63 kg (poids mi-moyens) : en juin dernier, elle remportait les championnats du monde de Budapest. Sa cinquième couronne mondiale. 

Parfois comparée à son camarade masculin Teddy Riner, la judokate a également remporté l'Open de Doha en début d'année, face aux meilleures mondiales.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport