Justice : le tribunal confirme la fermeture des escape games d'Ille-et-Vilaine dans le cadre du couvre-feu

Plusieurs gérants d’escape games d’Ille-et-Vilaine avaient contesté devant le tribunal administratif la fermeture de leurs établissements, imposée par la préfecture dans le cadre du couvre-feu. Leur requête a été rejetée par le tribunal administratif. 

© France Télévisions
Le tribunal administratif de Rennes a confirmé ce mercredi la fermeture des escape games d’Ille-et-Vilaine.

La décision de fermer ces établissements, même en journée, comme les bars, avait été prise par la préfecture le vendredi 23 octobre, dans le cadre des mesures accompagnant le couvre-feu.
 

Mesure disproportionnée, selon les gérants d'escape games


Cette fermeture, actée en pleine période de vacances de Toussaint, cruciale pour l’économie de ce secteur d’activité, avait fait bondir les gérants de salles de jeux. Huit d’entre eux avaient saisi la justice.

Ils soutenaient que cette mesure était disproportionnée et qu'aucun foyer de contamination n'avait été identifié dans des établissements de ce type en Ille-et-Vilaine et sur l’ensemble du territoire national.

"Nous avons un protocole sanitaire très strict", expliquait notamment l’une de leurs représentants, Audrey Corbet : 

"Les gens viennent par groupe de six maximum, ne croisent personne, portent des masques en permanence, ont du gel hydroalcoolique à disposition. Les réservations et le paiement se font à l’avance et les salles de jeu sont désinfectées entre chaque groupe de clients. Les joueurs sont plus en sécurité chez nous que dans un supermarché, un cinéma, un musée ou un restaurant ".


Impératif sanitaire face à l'accélération de l'épidémie, selon la préfecture 


Devant le tribunal, la préfecture avait de son côté justifié ces fermetures par l’accélération de la propagation de l’épidémie dans le département, "avec un taux d’incidence des infections SARS-Cov-2 multiplié par 8 depuis le 20 août 2020". Et sa volonté de limiter au maximum les rassemblements en lieu clos, pour les activités "non essentielles". 

La requête des gérants d'escape-games a donc été rejetée. "Si nous entendons bien le motif sanitaire, réagit Audrey Corbet leur représentante, nous sommes dans l'incompréhension la plus totale de la non prise en compte de nos spécificités et de notre protocole sanitaire extrêmement strict et sans aucune mesure avec celui d'établissements qui sont eux toujours autorisés à recevoir du public."

Ce mercredi soir, le président Macron doit annoncer de nouvelles contraintes sanitaires à l’échelle du pays.  

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie emploi