Ligue Europa: le Stade Rennais concède le nul à domicile face au Celtic Glasgow

La joie des joueurs rennais après le penalty de Mbaye Niang lors du match de Ligue Europa face àau Celtic Glasgow au Roazhon Park - AFP / © AFP - S. Gomis
La joie des joueurs rennais après le penalty de Mbaye Niang lors du match de Ligue Europa face àau Celtic Glasgow au Roazhon Park - AFP / © AFP - S. Gomis

Le Stade Rennais a fait un tiède retour en Ligue Europa jeudi, six mois après un 8e de finale perdu contre Arsenal, en faisant match nul avec une autre équipe britannique, le Celtic Glasgow (1-1), dans son premier match du groupe E.

Par la rédaction avec AFP


C'est le buteur-maison, Mbaye Niang, qui a ouvert le score sur pénalty (37e), après avoir été fauché dans la surface par Kristoffer Ajer. L'arbitre espagnol, José Maria Sanchez, n'a pas hésité et l'international sénégalais a calmement trompé Fraser Forster, le gardien du Celtic.
Cet avantage à la pause était mérité, face à des Ecossais solides mais sans grand génie, à l'exception de leur jeune attaquant français, Odsonne Edouard. Le Bleuet formé au Paris SG aurait pu ouvrir la marque sur une reprise de volée (11e) ou faire marquer Mohamed Elyounoussi sur un centre tendu (20e).

Marqué de près par le très puissant Joris Gnagnon, titulaire pour la première fois depuis son retour au club qui l'a formé, Edouard a ensuite laissé la vedette de l'autre côté de la pelouse du Roazhon Park à Raphinha, l'ailier brésilien auteur de jolis numéros sur la droite (13e, 44e) et d'un tir dangereux (31e).
 

Retour à la case départ

Dès la reprise, le Celtic a passé la vitesse supérieure, jouant plus haut et cherchant la faute des Bretons. La défense rennaise, à quatre au lieu de cinq depuis le début de la saison, est restée vigilante, lançant même quelques contres dans les espaces ouverts par les Ecossais. Mais peu avant l'heure de jeu, l'arbitre a désigné le point de penalty pour une faute, peu évidente pour le public breton, du capitaine rennais Damien Da Silva sur James Forrest. Ryan Christie a transformé et égalisé sans coup férir (59e).
Retour à la case départ donc, et joli coup franc de Clément Grenier, parti pour la lucarne (63e) mais joliment détourné par Forster... en sortie de but, selon l'arbitre. Et contre du Celtic conclu par un tir brossé de Forrest (66e), juste au dessus.

Julien Stéphan a alors fait rentrer sa mascotte, le milieu Eduardo Camavinga (16 ans), et l'attaquant Romain Del Castillo. Ce coaching a donné un petit coup de fouet à ses troupes, de nouveau menaçantes, deux fois de suite (75e, 76e), devant la cage de Forster à l'abord du dernier quart d'heure.

Un tacle un peu appuyé sur Hamari Traoré (81e) a déclenché la colère du Roazhon Park puis le jeu, de plus en plus haché par les coups de sifflet de M. Sanchez, a baissé d'intensité, laissant le public sans voix. Jusqu'à une semelle de Vakoun Issouf Bayo sur le visage d'Edouard Mendy, le gardien rennais, synonyme d'expulsion pour le joueur du Celtic déjà averti peu avant.

Un dernier raid écossais (90e+2) ne changeait rien à l'affaire, pas plus que le corner suivant. C'était bien un match de Coupe d'Europe, musclé, intense, truffé de fautes et finalement frustrant pour les deux équipes.
 

La réaction de Julien Stéphan, entraîneur de Rennes

"C'est pas un match maîtrisé. C'est un match où l'on voit qu'on est en reconstruction, avec beaucoup de nouveaux joueurs à intégrer, qui sont arrivés tardivement, en fin de mercato, et six joueurs majeurs qui sont partis. Il faut trouver des repères collectifs et les matches vont nous permettre d'y arriver. On était face à un adversaire expérimenté, mais on n'a pas assez ouvert d'espaces et on leur a donné la possibilité de revenir. A côté de ça, on était bien organisés sur le
plan défensif, même si on n'était pas brillants offensivement. (...) Cette poule sera très difficile,  chaque point comptera. La victoire de Cluj (face à la Lazio de Rome dans le même groupe, ndlr) confirme ce qu'on avait avancé: il faut s'accrocher pour prendre un maximum de points, on verra en fin de parcours si c'est un point gagné ce soir, ou deux points de perdus".
 
 

Sur le même sujet

Littoral, Aurélien Ducroz, de la poudreuse à l'écume

Les + Lus