Mondial d'athlétisme : la Rennaise Solène Gicquel qualifiée pour la finale "historique" du saut en hauteur

Son record est établi à 1,92 mètre mais ce vendredi midi un saut à 1,89 mètre a suffi pour envoyer la Rennaise Solène Gicquel en finale des championnats du monde de saut en hauteur, dimanche 27 août, à Budapest en Hongrie. Sa compatriote Nawal Meniker s'est aussi qualifiée. C'est la première fois que deux Françaises participeront en même temps à une finale de saut en hauteur.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"C'est génial, au début j'ai cru que j'allais pleurer de tristesse... Et quand on m'a dit que c'était bon, je ne savais d'où j'en étais... Ohlala c'est tellement bien ! Je suis tellement heureuse, c'est trop bien !"

Solène Gicquel est encore un peu sonnée, et les yeux rougis par sa qualification serrée. La Rennaise vient de comprendre qu'elle passait de justesse l'ultime étape : c'est la dernière qualifiée pour la finale du championnat du monde de saut en hauteur qui se déroulera dimanche en Hongrie.

De justesse, mais "ça passe !"

Il fallait avoir le coeur bien accroché, tellement les jeux étaient serrés dans le cadre de ces qualifications. La Rennaise a réussi son 2ème essai à 1,89 mètre de hauteur ce vendredi midi à Budapest, mais elle a échoué le 3ème à 1,92 mètre. Durant quelques secondes, le doute s'est lu sur son visage capté par les caméras de France Télévisions.

"Je voyais qu'on était beaucoup à avoir passé au 2ème essai 1,89 mètre mais je ne me rendais pas trop compte. Moi j'étais persuadée qu'il fallait que je fasse 1,92 mètre. Et mon 3ème saut est tellement proche que franchement j'étais degu' sur le coup... Quand on me dit "c'est bon ça passe" j'me dis "c'est pas possible..."

Emotion et soulagement partagé avec sa compatriote Nawal Meniker qui, elle aussi, se qualifie.

"Fière d'inaugurer cette première !"

D'avoir Nawal à ses côtés a compté : "Complètement ! Je suivais d'un oeil sur le côté, je voyais ce qu'elle faisait. Je voyais qu'on avait fait exactement les mêmes barres. Moi, je ne savais pas du tout si ça allait passer ou pas, mais bien sûr que c'est super cool. On est deux Françaises en finale des championnats du monde, et waouh."

Deux Françaises sur la même finale en saut hauteur, cela ne s'est encore jamais vu. "Une première absolue dans l'Histoire de l'athlétisme français" pour reprendre les termes de Nelson Monfort, au ton enjoué. Réaction de Solène tout sourire : "Et bien je suis fière d'inaugurer cette première !"

Une finale "historique" comme l'écrit la Fédération Française d'Athlétisme...

"Y a intérêt que ça passe en finale !"

Si ce vendredi midi, la barre est tombée à 1,92 mètre (sa hauteur record établie l'hiver dernier) la jeune licenciée du Stade rennais passe "enfin" le concours de qualification d'un championnat du monde. Une épreuve difficile, sur laquelle elle a tout donné :

"Moi, je considère qu'il faut que je sois quasiment à mon record sur mon concours de qualif (autrement dit 1,92) pour passer, donc moi le concours de qualif je le vis déjà à fond, c'est ce que j'ai fait, j'ai donné le meilleur de moi-même et c'est passé !" raconte l'ahtlète de 28 ans.

Autant dire que dimanche soir, elle voudra aussi tout donner, ne rien regretter : 

En finale je n'ai qu'à aller m'éclater. Je vais faire quelques petits réglages pour que ce soit encore meilleur. Mais au vu de ce que j'ai fait aujourd'hui à mon 3ème essai à 1,92 mètre, il y a intérêt que ça passe en finale !

Solène Gicquel, vendredi 25 août 2023 à Budapest (Hongrie)

Une finale à 15, et non 12 athlètes comme d'habitude. Tout simplement parce que quatre athlètes (dont Solène Gicquel et Nawal Meniker) n’ont pu se partager avec un parcours similaire jusqu’à 1,89 mètre.

Week-end à enjeu pour la famille Gicquel 

Si Jean-Charles Gicquel, le papa (lui-même ancien champion de France de saut en hauteur) sera, comme ce vendredi, dans le stade de Budapest en Hongrie, dimanche soir pour vivre aux côtés de sa fille cette finale historique à partir de 20h, la petite soeur Lucille est, elle bien occupée en ce moment par le Championnat d'Europe de volley-ball.

Lucille est attaquante en équipe de France de volley-ball, un élément clé pour les Tricolores qui doivent affronter la Roumanie, samedi, à 18h, en 8ème de finale de cet Euro de volley en Italie.

Gros week-end pour la famille Gicquel, dont on rappelle pour être complet que le grand frère, Clément a lui été vice-champion de France de saut en hauteur en juillet 2017 ! Sportifs, comme les parents...