FESTIVALS. "Monter sur scène aujourd'hui et faire cette tournée est presque irréel". De l'hôpital à la scène, le parcours incroyable de Ptit Li'on.

Publié le Mis à jour le

Greffé des deux poumons, amputé des deux jambes, Ptit Li'on remonte sur scène après une longue absence forcée. Rencontre avec un musicien hors norme.

"Allez ! On a besoin de vivre, besoin de le chanter !" Pascal Lesne, alias Ptit Li'on, réussit le deux à merveille. Et pourtant que d'obstacles sur sa route !

Dans son dernier album "Renaissance", il y raconte une résurrection sans rien de larmoyant. Parce que le credo de Pascal c'est l'envie de vivre et la joie qui l'accompagne.

Bientôt il reprendra le chemin de la scène après un très longue pause, trop longue : les Vieux Gréements à Paimpol, Bobital… mais avant La Pierre le Bigaut, la grande manifestation annuelle en faveur de la mucoviscidose.  

Une maladie que Pascal connaît bien puisqu'il la traîne, sans baisser les bras, depuis sa naissance en 1976. "C'est une maladie qu'on a l'impression de maîtriser, mais on ne maîtrise rien", reconnaît-il.  


Alors comme pour mieux défier ce mal qui attaque ses poumons, Pascal se lance dans le chant à 25 ans. Un choix qui ne lui "facilite pas la chose, s'amuse-t-il. J'ai toujours baigné dans ce milieu, mon père était batteur."  

Le jeune homme suit alors des cours de chant, monte un groupe, qu'il baptise également Ptit Li'on. Entourés de copains, musiciens professionnels, il sort un premier album "A bout de souffle" en 2014.


Déjà ses textes racontent sa vie, le quotidien de la maladie : "Le vent souffle, j'inspire, j'inspire. Le vent souffle, j'expire, j'expire (…) Chaque minute, chaque seconde, profiter…"

"La musique me permet simplement de m'évader, de penser à autre chose. Elle m'apporte de la joie. Elle représente souvent des moments conviviaux où l'on se retrouve entre amis", témoigne Pascal.  

Un rêve d'enfant

Les concerts décollent. Son rêve d'enfant. "Je me disais un jour peut-être..., s'émerveille-t-il encore. La musique permet de délivrer des émotions, de transmettre des messages et c'est ça que j'adore." 

Sur scène, Pascal partage avec le public ce qu'est la mucoviscidose. Sensibilise aux dons d'organes.  

Mais la scène, c'est aussi la fatigue, la respiration qu'il faut gérer. "Avant de monter sur scène, je restais 30 minutes au calme et dès que nécessaire, je m'asseyais sur une chaise sur scène."

Après la greffe, tu prends conscience de ce que tu as subi avant.

Pascal Lesne, alias Ptit Li'on

Chanteur

Et puis en 2016, le Ptit Li'on a 40 ans et de plus en plus de difficultés à respirer, à se déplacer. Même se lever pour aller jusqu'au réfrigérateur vire au cauchemar. "Il me fallait 20 minutes parfois." Il le sait depuis toujours, un jour il devra franchir le pas de la greffe.

Cette fois, avec des capacités vitales réduites à 20%, il ne peut plus reculer. La greffe se passe bien. Trois semaines après la greffe, Ptit Li'on marche et respire comme il n'a jamais respiré. "Et là, tu prends conscience de ce que tu as subi avant", confie-t-il. 

"En 24 heures, ma vie a basculé."

Sa fille vient de naître. Pascal respire la vie à pleins poumons. Trois ans de répit. Jusqu'à ce qu'en avril 2019, une maladie nosocomiale stoppe tout. "En 24 heures, ma vie a basculé." Septicémie. Quatre mois de coma. Pronostic vital engagé. Un an et demi d'hospitalisation.

Pascal est amputé des deux jambes, sous les genoux. "Je reviens de loin, c'est très compliqué à vivre."  Aujourd'hui Pascal marche avec des prothèses.

Dans son clip "Renaissance", tourné à l'occasion de la sortie de son album éponyme, il y apparaît en auto-stoppeur car "je n'avais plus qu'un pouce, sourit-il. Mes mains ont aussi été abimées et je ne pouvais pas marcher."   


Depuis, Pascal est remonté sur scène. C'était à l'automne dernier, dans son village de Saint-Méen-le-Grand en Ille-et-Vilaine. Le 1er juin, il enregistre un nouveau single ''Positif", en attendant une tournée cet été.


"Pouvoir monter sur scène aujourd'hui et faire cette tournée est presque irréel"
, s'enthousiasme Ptit Li'on.

"Malgré tout ce qui a pu m'arriver, je continue. Je ne fais pas des concerts pour être connu. Je veux passer un message positif. Parler de la mucoviscidose et dire à tous de croire en leurs rêves." Message reçu. Leçon magistrale.