VIDÉO. Revoir "One shot" la dernière création du chorégraphe Ousmane Sy

Figure du hip-hop, Ousmane Sy est décédé en décembre d'une crise cardiaque. Il travaillait alors avec ses danseuses, sur sa dernière création "One shot" pour le Festival Suresnes Cité danse, une proposition à découvrir en vidéo grâce aux équipes de France Télévisions.

Pendant les répétitions de "One shot" l'ultime création du chorégraphe Ousmane Sy
Pendant les répétitions de "One shot" l'ultime création du chorégraphe Ousmane Sy © Timothée Lejolivet

Le besoin vital, irrépressible et heureux de danser, c'est ce que voulait montrer Ousmane Sy, chorégraphe, figure de la scène hip-hop et l'un des co-directeurs du Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne (CCNRB).

Le directeur du théâtre Jean Vilar, Olivier Meyer lui avait avait confié l’ouverture du Festival Suresnes cités danse. Ousmane Sy est malheureusement décédé en décembre, alors qu'il travaillait sur "One shot", qu'il comptait présenter au public.

Pour lui rendre hommage et alors que les lieux culturels voient toujours portes closes à cause de l'épidémie de coronavirus, le théâtre Jean Vilar et l'équipe de Ousmane Sy a décidé de maintenir le spectacle. Pas de spectateurs dans la salle mais chacun pouvait apprécier la performance, diffusée en direct sur le site de France Télévisions, ce dimanche 10 janvier à 17 h.


"One shot" : huit femmes et des invitées 


Sur scène, uniquement des femmes, la plupart issues de la compagnie Paradox-sal, fondée par Ousmane Sy en 2012 : Emilie Bataille, Allauné Blegbo, Selasi Dogbatse, Valentina Dragotta, Nadia Gabrieli Kalati, Cintia Gotilin, Linda Hayford, Anaïs Imbert-Cléry, Odile Lacides, Cynthia Lacordelle, Audrey Minko, Stéphanie Paruta, Marina De Remedios. En duo, en solo, elles évoluent sur les musiques électroniques sous influence africaine de DJ Sam One. 

Marina de Remedios, danseuse de flamenco en répétition pour "One shot", invitée par Ousmane Sy
Marina de Remedios, danseuse de flamenco en répétition pour "One shot", invitée par Ousmane Sy © Timothée Lejolivet


Lors du décès d'Ousmane Sy, la structure du spectacle était en place. Sans lui, elles ont dû travailler sur les transitions, les fluidifier. "Il était impensable pour nous de ne pas terminer ce que nous avions commencé avec lui" ont-elles confié au journal Le Monde

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hip-hop danse culture