• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Palmarès des hôpitaux 2018 : la clinique de Saint-Grégoire en tête pour le privé

Centre hospitalier privé de Saint-Grégoire (35) / © Maxppp
Centre hospitalier privé de Saint-Grégoire (35) / © Maxppp

Le centre hospitalier privé de Saint-Grégoire (35) est pour la 9e année consécutive en tête des 50 meilleures cliniques de France, dans le palmarès publié dans le Point. Le CHU de Pontchaillou à Rennes arrive à la 9e place des hôpitaux publics, derrière Toulouse (1er) et Bordeaux  (2e).

Par KV avec AFP

Les CHU de Toulouse (1er) et Bordeaux  (2e) arrivent en tête de la nouvelle édition du palmarès des 50 meilleurs hôpitaux publics étudiés pour la qualité de leurs  spécialités médicales ou chirurgicales, publié jeudi dans le Point. Suivent le CHU de Lille (3e), les hôpitaux universitaires de Strasbourg (4e), l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (5e, en hausse), le CHU de Nantes (6e, en hausse), le CHU de Montpellier (7e, en hausse), le CHU de Grenoble (8e, en baisse), le CHU de Rennes (9e, en hausse d'une place) et celui de Nancy (10e, passé derrière Rennes).
 

Le CHU de Pontchaillou en tête pour la cardiologie

En détaillant ce palmarès, l'hôpital rennais se classe en tête pour la chirurgie cardiaque et des carotides. Il est 3e pour la pneumologie, l'hypertension artérielle et la chirurgie des artères, 2e pour les cancers du foie et du pancréas, 4e pour ceux de l'estomac et de l'œsophage. L'hôpital rennais se classe encore 4e pour les urgences traumatologiques et 12e pour la pédiatrie, 8e pour la leucémie de l'enfant et de l'adolescent.

Un autre établissement breton figure dans le classement, le CHU de Brest occupe désormais la 37e place. Pour figurer au classement final de ce palmarès indépendant, un établissement doit fournir un service médical et chirurgical complet et 70 spécialités sont abordées.
 

Classement des maternités

Parmi les nouveautés cette année, un classement (le précédent datait de 2007) des 64 maternités publiques assurant des accouchements à risque et les accouchements normaux.  Pour les accouchement à risque, parmi les 50 meilleurs maternités figurent celle, en tête, du CHU hôpital Jeanne-de-Flandre (Lille), suivi du CHU Sud-Réunion (La Réunion), des Hôpitaux Nord Croix-Rousse à Lyon (3e) et de l'hôpital Cochin à Paris (4e), le CHU rennais est 22e. Pour les accouchements normaux, l'hôpital de Quimper est 5e, la clinique de la Sagesse à Rennes, 6e.
 

La clinique de Saint-Grégoire en tête pour le privé

Pour la 9e année consécutive, le centre hospitalier privé Saint-Grégoire (à côté de Rennes) est en tête des 50 meilleures cliniques de France. La clinique est 2e pour le cancer du colon et des intestins, également pour la chirurgie du pied, elle se classe 5e pour la chirurgie du pied et 6e pour celle de la hanche. Dans ce même classement, la clinique Océane de Vannes se classe 30e et l'hôpital privé des Côtes d'Armor à Plérin, 47e.

L'hebdomadaire décline en effet toute une série de classements particuliers de prise en charge (infarctus du myocarde, AVC, pédiatrie, dépression, schizophrénie, cataracte, etc.). Il détaille en ligne le classement des hôpitaux et cliniques pour une quarantaine de spécialités.
 

Enquête "Quand le Samu ne répond pas"

Plusieurs articles accompagnent cette nouvelle édition réalisée, comme les 21 années précédentes, par François Malye et Jérôme Vincent. Créateurs de ce type de palmarès en santé, ils l'avaient commencé sous la forme d'une "liste noire" des hôpitaux, en 1997 dans Sciences et Avenir, avant d'opter pour un classement positif des meilleurs établissements.  

Au sommaire : accouchements "comme à la maison", greffes cardiaques chez l'enfant, chirurgie réparatrice de la face et une enquête inédite "Quand le Samu ne répond pas". "Deux centres d'appels du Samu seulement parviennent à 100% de réponse dans la minute, ceux des hôpitaux d'Orléans et de Verdun", tacle Le Point. "Avec moins d'un appel décroché sur deux, le Samu 75 se situe à l'avant-dernière place juste devant le CHU de Pointe-à-Pitre". En cumulant les données des quatre Samu de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (Necker, Raymond-Poincaré, Avicenne, Henri-Mondor) sur 2,6 millions d'appels reçus, en déduisant ceux de moins de quinze secondes, ce sont près de 253.000 patients qui, en 2016, n'ont pas reçu de réponse, calcule le magazine. Dans cette enquête sur les réponses aux appels au Samu, en Bretagne ce sont les hôpitaux de Saint-Brieuc et Brest qui s'en tirent le mieux, avec 95 à 96% d'appels décrochés.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Isabelle Autissier et le Théâtre d'Ardoise

Les + Lus