VIDEO. Réforme des retraites. Un hôtel attaqué, des agences immobilières pillées, la sidération des commerçants du centre-ville de Rennes

"Cela fait deux fois en 15 jours !" Après les heurts dans le centre-ville de Rennes, une nouvelle fois ce mercredi 15 mars, les commerçants constatent des dégâts. Un Hôtel et deux agences immobilières ont été visés en priorité. Nos images.

Une nouvelle fois ce mercredi 15 mars, des heurts ont éclaté dans le centre-ville historique de Rennes, en marge de la manifestation contre la réforme des retraites. Plusieurs dizaines de jeunes militants radicaux, quelquefois assimilés aux "black blocs" qui émaillent les grosses manifestations, ont investi les rues du centre ancien de Rennes, jouant au chat et à la souris avec les forces de l'ordre.

Hôtel de luxe


Un groupe d'une centaine de jeunes s'est élancé vers la devanture du tout nouvel hôtel de la chaîne Mama Shelter, ouvert le 02 mars dernier après d'importants travaux, provoquant la stupéfaction de témoins, clients et personnels.

L'attaque a duré moins de 5 minutes, les dégâts sont l'extérieur de l'hôtel sont importants.

Cagoulés, portant tenant à la main des parapluies pour se protéger d'images prises depuis l'hélicoptère en stationnaire, ils s'en sont pris aux vitrines, avec divers projectiles - certains étaient armés de marteaux.


Il n'a tenu qu'à la présence des deux vigiles, qui ont été blessés respectivement au visage et à la main, pour que les assaillants ne pénètrent à l'intérieur pour tout saccager.

Agences immobilières


C'est ce qui s'est passé pour une agence immobilière non loin de là, en face de l'hôtel des Lices lui aussi orné d'un "nique les riches" sur sa vitrine. Cinq personnes ont réussi à pénétrer à l'intérieur, le personnel était absent. L'intérieur de l'agence a été complètement détruit. 

Les clients s'enfuient par une fenêtre

les agences immobilières Guenno, société familale rennaise, ont été particulièrement ciblées. Après l'agence des Lices, c'est l'agence de la rue Saint-Hélier qui a été aggressée.

Sept personnes sont entrées dans l'agence. Ils ont cassés et sortis le mobilier et matériel informatique, puis ils y ont mis le feu. Le personnel et les clients ont dû s'enfuir par une fenêtre à l'arrière de l'agence.   

"J'ai peur qu'ils reviennent"

Les agences immobilières sont régulièrement une cible privilégiée de ces radicaux, avec les agences bancaires et autres bijouteries. Tout ce qui tient du symbole capitaliste, à leurs yeux.


Après le passage d'un groupe dans ces rues du centre-ville, dont les commerces sont protégés par des panneaux de bois lors des mouvements sociaux, on peut voir les commerçants réapparaître dans la rue, ramassant çà et là des débris.

"J'ai peur qu'ils reviennent" confie cette vendeuse dans une bijouterie, cette fois laissée indemne. "La boutique est blindée mais s’ils veulent entrer ils entreront" estime-t-elle. 
Parfois, le personnel - jamais habitué à ce genre d'agression - sort choqué de ces journées de manifestation. C'est le cas ce mercredi 15 mars pour le personnel d'une autre agence immobilière.
Pour cette agence familiale, "c'est la deuxième attaque en deux semaines" affirme la responsable. Sept personnes sont rentrées, ont pris le mobilier pour y mettre le feu à l'extérieur.
Une employée et une cliente se sont enfuies par une fenêtre de l'arrière de l'agence. 
"Nous sommes loin des standards du grand capitalisme" rappelle la responsable de l'agence, stressée et choquée par l'événement, "nous sommes une entreprise rennaise, locale et familiale. Il va falloir trouver une solution".


Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité