Réforme du bac : situation tendue et blocages de lycées à Rennes

Des heurts entre policiers et élèves ont éclaté ce mardi 28 janvier devant l'établissement Victor et Hélène Basch de Rennes, lors de la mobilisation contre la réforme du bac. D'autres établissements rennais étaient également bloqués.

Des heurts entre policiers et élèves ont éclaté ce mardi 28 janvier devant le lycée Victor Hélène Basch de Rennes.
Des heurts entre policiers et élèves ont éclaté ce mardi 28 janvier devant le lycée Victor Hélène Basch de Rennes. © DR

Le lycée Victor Hélène Basch de Rennes était bloqué dès 7h30 ce mardi 28 janvier. Les élèves ainsi que des militants d'un collectif opposés à la réforme du bac souhaitaient empêcher la tenue des E3C examens avancés du baccalauréat.

Des policiers étaient sur place pour permettre aux lycéens qui le désiraient d'accéder aux salles de cours, malgré le blocage. 

La situation s'est tendue aux alentours de 9h, suite à un jet de projectile. Des heurts ont éclaté entre les bloqueurs et les forces de l'ordre. En témoignent ces vidéos amateurs ce matin.
durée de la vidéo: 00 min 09
Heurts réforme du bac lycée Victor Hélène Basch
durée de la vidéo: 00 min 07
Heurts réforme du bac lycée Victor Hélène Basch
durée de la vidéo: 00 min 04
Heurts réforme du bac lycée Victor Hélène Basch

Selon les élèves présents sur place, trois blessés seraient à déplorer. Deux garçons, dont l'un pris de vertige, et une fille. Une information que la police n'a pas confirmé. 
 

D'autres établissements bloqués à Rennes

Le lycée Descartes de Rennes était également bloqué ce matin par des élèves soutenus par des professeurs, des membres de la CGT et des étudiants de l'Université de Rennes 2. 

"On est une cinquantaine sur place contre la réforme du bac. Aucun élève n'est rentré dans le bâtiment. On veut rester mobilisés pour que les examens E3C n'aient pas lieu cet après-midi" indique Anaïs, une lycéenne de Descartes qui précise que "des policiers sont passés, sans intervenir". 

Devant le lycée de Brequigny, les forces de l'ordre étaient présentes pour permettre aux élèves d'accéder aux salles d'examen. Après leur départ, des opposants à la réforme du bac ont toutefois fait irruption dans l'établissement pour perturber la tenue des épreuves. Les examens ont été suspendus. 


Un appel au calme lancé par le président de la région 


Le Président de la Région Bretagne Loïg Chesnais-Girard dénonce, dans un communiqué, "les dégradations commises dans plusieurs lycées et apporte son soutien à l’ensemble des équipes. Les établissements scolaires doivent rester des espaces à l’abri de toute forme de violence."


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers éducation société