Un Rennais soupçonné de liens avec l'État islamique bientôt jugé

Un jeune rennais sera jugé du 12 au 14 février par le tribunal pour enfants de Paris avec cinq autres mineurs. Ils comparaissent pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. 

Mineur à l'époque de son arrestation, un jeune homme aujourd'hui âgé de 19 ans et vivant à Rennes doit être jugé du 12 au 14 février par le tribunal pour enfants de Paris, pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Il comparaîtra avec cinq autres mineurs dont des jeunes filles qui se faisaient surnommer "Les lionnes" et poursuivies pour le même délit. 

Arrivé de Belgique en 2015, il vivait avec ses parents dans le quartier de l'Alma à Rennes. Il a été arrêté le 15 novembre 2016 par les enquêteurs de la DGSI après une enquête de plusieurs mois. Il utilisait notamment la messagerie cryptée Telegram pour échanger avec des membres de l'État islamique. 


L'avocate qui assure sa défense explique : "Rachid Kassim administrait une chaîne sur Telegram dont mon client était membre." "Il lui est reproché d'avoir diffusé des messages de propagande pro État islamique, des faits qu'il reconnaît." Elle ajoute que contrairement à certaines informations, il n'y a pas d'éléments qui établissent qu'il agissait en tant que recruteur. Il a par contre confirmé le fait de vouloir se rendre en Syrie. 

Selon elle, ce procès s'annonce particulier car les protagonistes étaient mineurs au moment des faits, tous très "influençables". Son client vivait en vase clos via ces réseaux sociaux. Il n'a par exemple jamais rencontré ses interlocuteurs, y compris les autres personnes mise en cause et avec lesquelles il comparaîtra, malgré de nombreux échanges par message. "Tout cela reste virtuelle" déclare son avocate.  

Les audiences se tiendront à huis-clos.