Infanticide de Saint-Malo : la mère condamnée à 5 ans de prison avec sursis

Les jurés ont suivi les réquisitions de l'avocat général. La cour d'assises de Rennes a condamnée ce mardi soir, après trois heures de délibéré, une mère de famille à 5 ans de prison avec sursis pour avoir mis fin aux jours de sa fille handicapée en 2010 à Saint-Malo.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le verdict est tombée peu avant 20h, après 3 heures de délibération.

Laurence Nait Kaoudjt, 49 ans, a été reconnue coupable du meurtre de sa fille mineure, particulièrement vulnérable du fait de son handicap, mais avec altération de son discernement et du contrôle de ses actes.

La mère condamnée a crié sa colère aux jurés et à la cour aussitôt après l'énoncé du verdict: "J'aurais mieux fait de mourir. Vous n'avez pas de coeur, vous n'avez pas compris mon geste d'amour : si, demain, vous lisez que je me suis suicidée, je vous regarde tous dans les yeux, c'est sur votre conscience"

durée de la vidéo : 00h00mn29s
Laurence Nait Kaoudjt, mère de Méline, condamnée à 5 ans de prison \ / Reportage : G. Le Morvan - N. Minteh ©INA

Un réquisitoire emprunt d'humanité

Tout au long de son réquisitoire de plus d'1h30, l'avocat général, Yann Le Bris, a appelé les jurés, quatre femmes et deux hommes, à faire preuve de "raison" pour déclarer
coupable la mère infanticide.


"Ne pas la déclarer coupable, cela signifierait que quelqu'un qui a un enfant handicapé, qui éprouve des difficultés importantes à un moment donné" pourrait bénéficier d'une "exonération" et "tuer son enfant parce que c'est le sien", a-t-il souligné.

"Si vous dites aujourd'hui : elle n'est pas coupable, vous niez cette humanité (...) Cette petite fille, elle fait partie de l'humanité", a-t-il ajouté. "Ce n'était pas seulement un handicap, c'était avant tout une petite fille".

L'avocat général a déploré "l'absence", lors de cette audience de deux jours, de la victime, qui n'était représentée par aucune partie civile. 

Des circonstances particulières

Yann Le Bris a toutefois appelé les jurés à faire preuve "d'humanité" et à reconnaître les "conséquences de la vie difficile d'une mère seule qui élève un enfant handicapé". "A aucun moment je n'aurais envisagé (...) une peine comportant une partie ferme avec incarcération", a-t-il souligné.

A LIRE le récit de cette mère : Mère infanticide : "C'est un geste affreux mais c'est un geste d'amour"

L'acquittement demandé par la défense

Les avocats de la défense ont pour leur part plaidé l'acquittement, au nom de "la contrainte morale". "Je vous supplie d'acquitter" a adressé Me Dupont Moretti aux jurés.

Intervenants : Gilles Le Morvan, journaliste France 3 Bretagne - Me Eric Dupond-Moretti, avocat de Laurence Nait Kaoudjt / Reportage : G. Le Morvan - N. Minteh