Université de Rennes 2 : un étudiant victime d'une agression raciste d'un professeur

Des organisations étudiantes, dont l'Armée de Dumbledore et l'Unef, dénoncent une agression raciste d'un professeur sur un étudiant ivoirien. Les cours du professeur mis en cause ont été annulés. La présidence va prendre des décisions avant la rentrée.

Université Rennes 2
Université Rennes 2 © Marc-André Mouchère / France 3 Bretagne
Le mercredi 13 février, lors de la journée de mobilisation contre la mesure gouvernementale qui vise à augmenter les frais d’inscriptions pour les étudiants étrangers, la présidence de Rennes 2 s’était positionnée contre cette réforme avait accordé une levée d’assiduité pour permettre aux étudiants de se mobiliser.

Avant de partir en manifestation, les étudiants avaient fait le tour des amphithéâtres pour des prises de paroles comme cela est généralement accepté par les professeurs en pareille situation.

Selon un communiqué commun de partis politiques et de syndicats étudiants, un professeur d’histoire a empêché un étudiant ivoirien de prendre la parole dans son amphithéatre : «  Alors que l’étudiant se préparait à intervenir, le professeur est descendu de l’estrade et l’a bousculé violemment, l’obligeant à se rattraper à lui pour ne pas tomber. Il a également insulté l’étudiant («connard»). Face à cette intimidation violente, ce dernier est resté calme et impassible, sans répondre à ses injures. »
 

Selon le communiqué, des étudiants qui assistaient au cours sont intervenu pour protéger l’étudiant ivoirien. « le professeur est retourné à son bureau prendre ses affaires tout en interrompant sans cesse l’étudiant qui tentait d’intervenir, en lui demandant sa carte étudiante et en l’imitant avec un "accent" à caractère raciste ». 

l'Unef, demande que des sanctions soient prises.

Dans une motion qu’elle a votée le 15 février, la Commission formation et vie universitaire de Rennes 2, constituée d’enseignants chercheurs, de personnels administratifs et d’étudiants, condamne "fermement les violences physiques et verbales du directeur du département d'histoire à l'égard d'un étudiant". Dans une dépêche de l'AFP du 18 février, l'Unef demande que des sanctions soient prises. 

L'université se saisit de l'affaire avant de prendre des décisions


Contactée ce matin, la cheffe de cabinet de la présidence de l'université de Rennes 2 a confirmé "avoir été saisie de l'incident"

"La présidence a rencontré tour à tour le professeur et l'étudiant. L’université a pris la décision d’annuler les cours de ce professeur jusqu’à la rentrée lundi 25 février" nous a-t-elle affirmé, "de son côté l’étudiant est dans l’apaisement, et souhaite rencontrer le professeur. Il n’a pas déposé plainte."

Selon la cheffe de cabinet, des décisions seront prises à l’issue de cette rencontre avant la fin de cette semaine de vacances scolaires.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société