A Rennes, les catholiques venus nombreux pour célébrer la messe de la Toussaint

La messe de la Toussaint a eu lieu dans plusieurs lieux de culte ce dimanche matin à Rennes. Malgré les événements tragiques des dernières semaines, les croyants étaient nombreux pour célébrer cette dernière messe, crise sanitaire oblige. 
Messe à Rennes
Messe à Rennes © Barbara Gabel / France Télévisions
Ce dimanche 1er novembre, 400 fidèles ont participé à la messe de la Toussaint célébrée à Notre-Dame en Saint-Melaine à Rennes. Le jeudi 29 octobre, trois personnes ont été tuées dans une attaque au couteau menée à la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption de Nice.

C’est important pour nous d’aller à la messe. J’essaie de dire à mes enfants que même s’il y a un risque, il faut qu’on lutte. Le pape Jean Paul II a dit 'n'ayez pas peur, levez vous’, voilà on continue”, confie une croyante. 

On doit remonter le moral des troupes pour deux raisons : d’abord car il y a la peur des attentats, on reste traumatisé de nos trois martyrs et demain c’est le début d’un nouveau confinement où le gouvernement a interdit le culte. Ça met un coup de massue sur la tête des catholiques”, explique le père Nicolas Guillou. 


Cérémonies interdites à partir de mardi 


En effet, à partir de mardi 3 novembre, tout rassemblement, hormis les enterrements, est proscrit dans les lieux de culte.

Les croyants pourront s’y ressourcer, mais les messes n’auront plus lieu. “Une pratique religieuse pour un catholique, c’est l’essentiel de sa vie. Le fait qu’on nous prive de ne pas avoir de culte, ça casse le moral des catholiques”, ajoute le père Nicolas Guillou. 

Dernier rassemblement avant quatre semaines minimum, alors forcément, c’est une messe un peu particulière qui s'est déroulée ce dimanche.
 
© Barbara Gabel / France Télévisions


C’est bizarre de se dire que c’est la dernière messe. Ça fait partie de notre vie de catholique, de notre vie tout court. C’est pour ça que c’est important d’être là aujourd’hui. Même s’il y aura la messe en visio, ce ne sera pas la même chose. Mais il y aura la vie de fraternité au moins”, tente de relativiser Camille Delbreuve, membre du groupe de jeunes SMOS (Saint-Melaine On Saturday).

Ce dimanche matin, les forces de l’ordre étaient peu présentes devant Notre-Dame en Saint-Melaine, à la grande surprise des fidèles et du curé. Peut-être étaient-ils discrets ? Une chose est certaine, la cathédrale Saint-Pierre-de-Rennes était elle sous protection policière

Suite aux attentats de Nice, un dispositif de haute surveillance avait été mis en place autour des lieux de culte pour le week-end de la Toussaint
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société attentat faits divers terrorisme police sécurité