A Rennes, quartier Maurepas, “babacar, abattu par les policiers” n'était pas fou

La manifestation en hommage à Babacar dans le quartier de Maurepas le 12 décembre / © Adélaide Castier
La manifestation en hommage à Babacar dans le quartier de Maurepas le 12 décembre / © Adélaide Castier

200 personnes ont manifesté à Rennes ce samedi après-midi, en mémoire d'un jeune sénégalais tué au début du mois de décembre lors d'une intervention de la police.

Par Stéphane Grammont

La manifestation, constituée de proches et de soutiens de Babacar Guèye a défilé dans le quartier de Maurepas à Rennes, passant devant l’immeuble où le jeune Sénégalais de 27 passait la nuit chez un ami.

Dans la nuit du 2 au 3 décembre, Babacar Guèye a été tué par la police de 5 balles dans le corps lors d’une intervention de la police, arrivée après que l'ami en question ait appelé les pompiers.

Ce dernier, selon le Parquet, était “particulièrement agressif” et “les menaçait avec un couteau”. L’un des policiers avait du faire usage de son arme à deux reprises. “Deux balle retrouvées dans le thorax semblent être à l’origine du décès” précise le communiqué du Parquet.
La marche blanche en mémoire de Babacar
200 personnes ont manifesté à Rennes ce samedi après-midi, en mémoire d'un jeune sénégalais tué au début du mois de décembre lors d'une intervention de la police. - Adélaide castier, BONIS Lionel

Les proches de Babacar ont donné une version différente. Selon eux, Babacar avait eu une crise d’angoisse dans la nuit et s’était auto-mutilé avec un couteau de cuisine. C’est pourquoi son ami avait appelé les pompiers.

Face à cet homme armé d’un simple couteau à pain, la police, pourtant équipée de tazers, gazeuses, matraques, flash balls, l’a abattu de cinq balles dans le haut du corps  ont-il dénoncé via un communiqué. Ils contestent notamment le terme de "forcené" utilisé alors.

Sur le même sujet

Un procès pour essayer d'éclairer la mort de Clément Méric

Les + Lus