Rennes : une rave-party rassemble plusieurs centaines de personnes

Une rave-party a rassemblé plusieurs centaines de personnes dans un hangar désaffecté de la zone industrielle et commerciale de la route de Lorient à Rennes, ce dimanche 25 juillet.
En fin de matinée de ce dimanche, plusieurs dizaines de participants dansaient encore dans le hangar désaffecté
En fin de matinée de ce dimanche, plusieurs dizaines de participants dansaient encore dans le hangar désaffecté © M. Guégnard - FTV

C'est dans un hangar désaffecté situé rue Jean Le Ho, dans la zone commerciale de la route de Lorient à Rennes, que les teufeurs s'étaient donné rendez-vous dans la nuit de samedi à dimanche.

Selon les propos des organisateurs, rapportés par Le Télégramme, la fête techno s'est déroulé dans un calme relatif : "Quand la police est arrivée, le ton est monté, mais tout s’est très vite calmé. Ils sont passés au milieu de la nuit et après, plus rien. Il y a eu jusqu’à environ 600 personnes. On est très content de la soirée ". 

Un chiffre que minimise la préfecture d'Ille-et-Vilaine. Selon elle, il y aurait eu "300 participants au plus fort de ce rassemblement festif à caractère musical"

Vers 12h30 ce dimanche, nous avons pu constater qu'il y avait encore près de 200 personnes en tout, aux abords et dans le hangar. Aucun ne semblait porter un masque. Pas de présence policière ou de gendarmerie visibles à proximité des lieux. Pourtant, la préfecture d'Ille-et-Vilaine signale qu'un dispositif policier et de gendarmerie a été mis en place pour surveiller l'évènement.
 

La rave party a pris fin en début d'après-midi ce dimanche
La rave party a pris fin en début d'après-midi ce dimanche © M. Guégnard - FTV

 

Un dispositif de surveillance police/gendarmerie et des verbalisations

Cette rave-party s'est déroulée alors que la préfecture d'Ille-et-Vilaine avait pris dès jeudi un arrêté d'interdiction de tout rassemblement festif musical, "face au risque d'ordre public et sanitaire". Le transport de matériel son était également illégal. Ces derniers mois, des interdictions de ce type sont prononcées presque tous les week-ends par les préfectures des départements bretons, dès que ces dernières soupçonnent la tenue d'un teknival.

En début d'après-midi, alors que la fête techno prenait fin, des contrôles ont été effectués et ont "déjà donné lieu une quinzaine de verbalisations notamment pour des stupéfiants", précise la préfecture.

Elle ajoute que "le propriétaire des lieux a été contacté" et qu' "une enquête judiciaire a été ouverte".

Le 18, 19 et 20 juin, une rave party s'était déroulée à Redon, dans le sud du département. Des affrontements violents avaient eu lieu entre les forces de l'ordre et les participants. Un jeune homme avait eu la main arrachée. Ce mardi 20 juillet, il a déposé plainte pour "violences volontaires" et "non assistance à personne en danger"

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loisirs sorties et loisirs société