Les transporteurs routiers installeront des barrages filtrants entre Rennes et Nantes samedi

Des bouchons et des ralentissements sont à prévoir samedi sur la quatre-voies entre Rennes et Nantes. / © PQR /Maxppp
Des bouchons et des ralentissements sont à prévoir samedi sur la quatre-voies entre Rennes et Nantes. / © PQR /Maxppp

La semaine de mobilisation se poursuivra samedi par une action des routiers. L'OTRE, l'une de leurs principales organisations patronales, a prévu d'installer des barrages filtrants sur l'axe Rennes-Nantes (RN137) pour dénoncer des écarts de fiscalité sur le carburant avec l'étranger.
 

Par Catherine Jauneau et Hélène Pédech

« Nous allons procéder à un barrage filtrant des camions étrangers qui ne font que traverser la France sans payer la moindre contribution aux financement des infrastructures». 

L’OTRE (Organisation des transporteurs routiers européens) a décidé de frapper fort ce samedi.
 

Les camions étrangers ciblés


Entre 10 heures 30 et 17 heures 30, des barrages filtrants seront mis en plce sur l'axe Rennes - Nantes (RN 137) à hauteur de l'aire du Hill, dans les deux sens de circulation. Plusieurs dizaines de poids lourds y participeront, selon Stéphane Cauchy, secrétaire général de l'OTRE. 

Cette action ciblera particulièrement les camions étrangers. "Nous laisserons une voie libre pour permettre à tous les véhicules de circuler", nous a expliqué le syndicaliste.

D'autres barrages filtrants pourraient être installés ailleurs en Bretagne sans plus de précision.

 

Contre un alourdissement de la fiscalité du carburant professionnel


Cette mobilisation vient protester contre une possible révision de la taxe sur le carburant professionnel à partir du 1er janvier 2020. Le gouvernement prévoit de réduire de 2 centimes par litre (soit 2 €/hectolitre) le remboursement de la taxe dont bénéficient les transporteurs routiers de marchandises français ( soit une perte nette estimée entre 500 € et 1 000 € par an et par camion). Cette révision vise à financer les infrastructures routières (routes et ponts notamment) mais "elle ne concernera que les transporteurs français sans toucher les camions étrangers", déplore l'OTRE.

Le 19 novembre, les sénateurs avaient voté contre la suppression de cette mesure. Elle sera de nouveau soumise au vote des députés mi-décembre.

 

Sur le même sujet

Les + Lus