Une start-up rennaise commercialisera des lunettes connectées dès 2014

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvaine Salliou (avec AFP)

Loin de l'agitation médiatique autour des Google Glass, toujours pas commercialisées, des Rennais occupent déjà le marché des lunettes connectées et équipent les professionnels dans les domaines de la défense, l'aéronautique ou la maintenance. Leur nom, les ORA-S créée par Optinvent.

Popularisées par les célèbres Google Glass, les lunettes à réalité augmentée fascinent les geeks. Une start-up travaille dessus depuis 2007, c'est Optinvent, basée à Rennes (Ille-et-Vilaine).

L'entreprise rennaise lancera en janvier ses premières lunettes connectées. "Nous les vendons +nues+, avec quelques applications seulement et un kit de développement. Elles sont pour l'instant à destination des développeurs et des professionnels", explique un des fondateurs, Kayvan Mirza.


Déjà des pré-commandes

Les pré-commandes émanent des secteurs aéronautique, automobile, médical, maintenance, logistique ou même du cinéma (pour le sous-titrage dans une autre langue par exemple). "Les lunettes permettent à celui qui les porte d'avoir des informations supplémentaires qui se superposent sur le monde extérieur et permettent de garder les mains libres". Le modèle Ora-S, d'un poids de 70 grammes et autonome jusqu'à une journée, est vendu 700 euros: "courant 2014, lorsqu'une trentaine d'applications auront été développées, nous pourrons le vendre au grand public pour environ 300 euros", estime M. Mirza.


Un produit créé par des anciens de Thomson Multimedia

Les fondateurs d'Optinvent, qui ont quitté en 2007 l'entreprise Thomson Multimedia (aujourd'hui Technicolor), travaillent depuis 2008 sur les lunettes connectées. La société compte huit salariés et a déjà levé plus de trois millions d'euros. "A l'époque, on parlait de lunettes vidéo, ou de +vidéo mains libres+. Notre produit repose sur neuf brevets: notre +guide de lumière+ fait 4mm d'épaisseur et est en plastique transparent moulé. Il réfléchit l'image sans distorsion et la projette sur l'oeil", explique Kayvan Mirza. "Les Google Glass? Un très beau produit qui bénéficie de beaucoup de +buzz+, mais nous estimons que notre écran est meilleur car on y travaille depuis plus longtemps qu'eux. Il est aussi trois fois plus grand, et deux fois plus lumineux", affirme-t-il.

Google "nous pave la voie, mais s'ils font un bide nous en paierons aussi le prix", juge M. Mirza, tout en soulignant que l'ambition d'Optinvent "est que les lunettes connectées deviennent le prochain équipement mobile après le smartphone, la nouvelle rupture innovante, même si inévitablement des questions se posent en matière de vie privée".