Vaccination à Rennes : les deux prochaines semaines déjà complètes au Liberté

Dans la salle du Liberté à Rennes, les 1500 créneaux de vaccination proposés pour les deux prochaines semaines sont déjà complets. La prise de rendez-vous est donc interrompue pour l'instant.

La salle de spectacle transformée en centre de vaccination.
La salle de spectacle transformée en centre de vaccination. © FTV

Avant même de commencer, la campagne de vaccination organisée au Liberté affiche déjà complet. Dès lundi 18 janvier et pour les 15 prochains jours, 1500 créneaux ont été mis à disposition dans la salle de spectacle. Des créneaux qui ont très vite trouvé preneurs, puisqu'en moins de 24 heures, la plateforme téléphonique de la ville a reçu plus de 5000 appels.

La prise de rendez-vous est donc interrompue pour le moment. "Dès que les dotations en doses de vaccins par l'État pour les prochaines semaines seront connues, de nouveaux créneaux de vaccination seront ouverts et la prise de rendez-vous pourra reprendre", assure la ville de Rennes par communiqué.

Trente minutes par personne

Pour se faire vacciner, il faudra compter une trentaine de minutes environ. "La personne se fera vacciner par une infirmière et une fois la vaccination réalisée, elle ira dans une zone d'observation où elle devra obligatoirement rester 15 minutes pour vérifier que tout se passe bien et qu'il n'y a aucun effet secondaire", détaille François Belot, directeur des risques à la mairie de Rennes.
 

durée de la vidéo: 01 min 57
Préparatifs au centre de vaccination du Liberté à Rennes. Reportage : P. Soulabaille - C. Rousseau

 

Comme le prévoit le calendrier de la campagne national, ce sont d'abord les personnes agées de plus de 75 ans, qui seront vaccinées au Liberté. Un centre qui fonctionnera avec deux lignes de vaccination dans les prochaines semaines et qui pourrait rapidement passer à la vitesse supérieure. "En fonction de la disponibilité des vaccins fournis par l'État, la capacité du centre peut être immédiatement portée à 10 lignes de vaccination."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins