Video. Disparition de Michel Jazy. Quand son record du monde à Rennes interrompait "Jeux sans Frontières"

durée de la vidéo : 00h02mn50s
En 1965, Michel Jazy bat le record du Mile à Rennes ©Ina

Michel Jazy est mort à 87 ans. Idole d'une génération, chasseur de records, l'athlète français avait notamment battu celui du Mile à Rennes le 8 juin 1965. Ce soir-là, son exploit gigantesque avait poussé l’ORTF à interrompre subitement "Jeux sans Frontières" pour retransmettre la fin de sa course. Avec aux commentaires un jeune journaliste nommé Thierry Roland. Moment d'anthologie.

C’était le 8 juin 1965.

À la télévision, la célèbre émission "Jeux sans frontières" est diffusée en direct de Milan, quand tout à coup le téléphone le sonne.

A Rennes, Michel Jazy, star de l’athlétisme français, vice-champion olympique est en train de réaliser un exploit gigantesque. L'ORTF va bouleverser son programme

Thierry Roland aux commentaires : "C'est un exploit colossal"

 Emmené par ses lièvres Michel Kervéadou, Michel Bernard, Jazy est sur le point de battre le fameux record du monde du Mile (1 609,34 m ).

Devant 3000 personnes au Stade de Courtemanche, il franchit la ligne en 3’53’’6 améliorant la performance du Néo-Zélandais Peter Snell de 5 dixièmes.

Aux commentaires, Thierry Roland qualifie la performance "d'exploit colossal" tout en regrettant que les téléspectateurs aient été "volés des deux premiers tours puisqu'il y avait "Jeux Sans Frontières", et que c'était très difficile à couper".

Jazy était revenu 50 ans après 

En 2015, 50 ans après son record, Michel Jazy était revenu au Stade de Courtemanche à Rennes où il avait retrouvé ceux qui l’avaient aidé à réaliser son exploit. Il avait alors rappelé en souriant que comme l'indiquait le journal  Le Monde en 1965 que "si la piste n'avait été aussi friable, il aurait pu ce jour-là abaisser le temps de près d'une seconde." 

Double champion d'Europe et vice-champion olympique sur 1.500 mètres, Michel Jazy est mort ce 1er février à 87 ans. Né en 1936 dans le Pas-de-Calais dans une famille de mineurs polonais, il avait obtenu la nationalité française à 18 ans avant de participer à ses premiers Jeux olympiques à 20 ans.