• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Restructuration de Carrefour : la colère des salariés

Examen du plan de restructuration par les salariés de la plate-forme logistique Carrefour Le Rheu / © France 3 Bretagne
Examen du plan de restructuration par les salariés de la plate-forme logistique Carrefour Le Rheu / © France 3 Bretagne

Colère des salariés du groupe Carrefour, celui-ci vient d'annoncer un important plan de restructuration. En plus des 2 400 départs volontaires, Carrefour prévoit un plan de réduction des coûts de deux milliards d’euros dès 2020. Les réactions à la plate-forme logistique au Rheu, près de Rennes

Par avec l'AFP

Confronté à un modèle en perte de vitesse, Carrefour a dévoilé un plan de transformation pour s'adapter aux nouveaux modes de production et de consommation. Voici les principales mesures prévues jusqu'en 2022.

Réorganisation structurelle 

  • Suppression de 2 400 postes dans les 12 sites du siège du groupe en France sur 10 500, via un plan de départ volontaires.
  • Fermeture du siège social du groupe situé à Boulogne (Hauts-de-Seine).
  • Installation du siège mondial à Massy (Essonne) au 1er janvier 2019 et abandon du projet de construction d'un nouveau siège de 30 000 m2 prévu en Essonne. 
  • "Il faut mettre fin à la lourdeur de l'entreprise" et à une "organisation trop compartimentée" (Alexandre Bompard, PDG)

Réduction des coûts 

  • Plan de réduction de coûts de 2 milliards d'euros réalisé dès 2020 en année pleine, via des économies sur la logistique et les coûts de structure.
  • 273 magasins ex-Dia vont être cédés ou fermés. Un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) va être mis en place avec l'objectif de reclasser la moitié de ces 2 100  salariés et de trouver des repreneurs pour ces magasins.
  • Cession de 500 millions d'euros d'actifs immobiliers "non stratégiques" dans les trois prochaines années.

Investissements mieux ciblés 

  • Une enveloppe annuelle de 2 milliards d'euros est prévue dès 2018. Les budgets consacrés aux investissements seront désormais "ajustés au potentiel des magasins" et donneront la priorité à l'informatique et au numérique.
  • Ouverture d'au moins 2 000 magasins de proximité dans les 5 prochaines années en mettant l'accent sur les grandes métropoles européennes.
  • Ouverture de 20 magasins Atacadao, enseigne d'hypers maxidiscompte rachetée en 2007 par Carrefour, au Brésil.
  • Investissement massif dans le numérique: 2,8 milliard d'euros sur 5 ans, "soit six fois plus que les investissements actuellement consentis". Lancement en 2018 d'un site unique en France, Carrefour.fr, qui aura vocation à être généralisé à toutes les zones géographiques.

Les grands axes e-commerce et bio

  • Objectif de 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le commerce en ligne alimentaire et part de marché supérieure à 20% en France d'ici à 2022 sur ce créneau.
  • Carrefour veut quasiment quadrupler son chiffre d'affaires dans le bio, de 1,3 milliard d'euros actuellement à 5 milliards d'euros en 2022. Il met en oeuvre un plan de soutien à la conversion au bio des agriculteurs. Il va accroître sa gamme de produits bio et généraliser les zones de produits bio dans les magasins en France.

Deux nouveaux partenaires en Chine


Carrefour, confronté à un repli de ses ventes et à des pertes en Chine, va ouvrir le capital de sa filiale chinoise au géant de l'internet chinois Tencent et à la chaîne chinoise de supermarchés Yonghui. Carrefour entend cependant rester le premier actionnaire de sa filiale chinoise, selon le projet d'accord préliminaire. Grâce au projet de partenariat stratégique avec Tencent sur le partage des données, la numérisation des magasins, les solutions de paiement mobile et l'exploitation de données, Carrefour veut "améliorer sa visibilité sur internet".

"Carrefour continue d'avancer masqué" dénonce FO


"Ce qu'on retient, c'est la méthode", il n'y a "pas de stratégie de discussion avec les partenaires sociaux", a déclaré à l'AFP Michel Enguelz (FO). "Que les salariés l'apprennent par la presse, c'est une erreur fondamentale", a renchéri Sylvain Macé (CFDT), "un scandale" pour Philippe Allard (CGT). Qualifiant d'"énorme" le plan annoncé sur les sièges, le représentant FO s'est élevé contre la présentation de chiffres "morcelés, minimalistes", qui ne prennent "pas en compte" les centaines de postes (stations essence, administratif) déjà en suspens dans les hypermarchés, le passage en location gérance de cinq hypermarchés et les ex magasins Dia, rachetés en novembre 2014 par Carrefour. "On est sur quelque chose de bien plus vaste que ce qui est annoncé, Carrefour continue d'avancer masqué", a ajouté le représentant FO, premier syndicat du groupe.

Crainte de réduction d'effectifs dans la logistique


Quant au passage confirmé de cinq hypermarchés en location gérance, soit plus de 600 salariés au total, c'est "bien une façon déguisée d'éliminer" des effectifs, a jugé Michel Enguelz. La réduction des coûts logistiques annoncée, inquiète aussi les syndicats. Les entrepôts emploient "7 000 à 8 000" personnes, selon la CGT qui craint là aussi des effectifs revus à la baisse.

Un comité de groupe France extraordinaire est convoqué vendredi. "Il y a encore des obligations légales en France", comme celle "d'informer les institutions représentatives du personnel avant la presse", a observé la CFDT à propos des annonces du PDG. Le comité de groupe "sera l'occasion de voir comment on traite la question".

L'interview d'Emmanuel Primault, employé plate-forme logistique Carrefour Le Rheu (35)

recueillie par Jérémy Armand et Vincent Bars

Restructuration Carrefour : réaction à plate forme logistique du Rheu
L'interview d'Emmanuel Primault, employé plate-forme logistique Carrefour Le Rheu (35)


Sur le même sujet

Exposition War à la Courrouze

Les + Lus