• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

A Dinan, une commémoration de la guerre de 14-18 sous le signe de la jeunesse

Le dépôt de la gerbe en présence de nombreux collégiens à Dinan / © Manon Hamiot
Le dépôt de la gerbe en présence de nombreux collégiens à Dinan / © Manon Hamiot

A Dinan, comme dans d'autres villes de Bretagne, on commémorait ce dimanche le centenaire de l'armistice de la Première guerre mondiale. Les enfants y ont largement participé.

Par Stéphane Grammont

Il ya 100 ans, partout en France, on célébrait la fin de la grande guerre! Un armistice que des collégiens ont raconté ce matin aux côtés des portes drapeaux, en lisant la lettre d'un poilu breton écrite ce fameux jour où les armes se sont tues.

"C’était important parce que cela rend hommage aux morts, on pense toujours à eux, parce qu’ils ont fait la guerre et qu'ils ont été courageux" témoigne Owen, élève de 6ème du collège Roger Vercel.
 
A Dinan, une commémoration de la guerre de 14-18 sous le signe de la jeunesse
Owen Elève de 6ème du collège Roger Vercel Nathalie Proffit-Vanhoutte Enseignante Histoire-Géographie Collège Roger Vercel


Au moment de déposer les traditionnelles gerbes de fleurs au pied du monument aux morts, une nouvelle fois, se sont les enfants qui ont été mis a contribution. Un à un, ils ont cité les noms de ceux de leur commune qui sont tombés pour la France.

"Je pense qu’il faut transmettre cette histoire des soldats de la première guerre mondiale, de ce conflit, aux enfants pour qu’ils ai le goût de la paix" estime Nathalie Proffit-Vanhoutte, enseignante d'histoire-géographie au même collège. 

Trois générations de "survivants"


Dans le public, les Robin sont venus en famille, pour commémorer la fin Première guerre mondiale. Une journée qui leur tiens à coeur, car des trois frères qui composaient leurs grands-parents, un seul est revenu.

"Nous sommes des enfants de survivant de la Grande guerre, il y a trois générations, ma mère, moi et mes enfants" témoigne le père de famille. "C’est un grand honneur et une grande fierté, c’est quelque chose qu’il ne faut pas oublier et qu’il faut savoir transmettre."

Entre 1914 et 1918 Dinan a perdu 250 hommes, 230 autres se revenus du front mutilé , les enfants sont désormais les messagers de leur mémoire.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Exposition War à la Courrouze

Les + Lus