Cet article date de plus de 5 ans

Etoile Marine Croisières : Wilfried Provost prend la barre

Étoile Marine Croisières est sauvée de la liquidation avec cessation d'activité. L'entreprise propose des croisières à bord de bateaux du patrimoine maritime et accompagne nombre d'évènements comme les départs de courses transatlantiques ou les réunions de grands voiliers. Elle a trouvé repreneur.



Le Tribunal de commerce de Saint-Malo a décidé aujourd'hui d'attribuer à Wilfrid Provost la reprise et la destinée commerciale de Étoile Marine Croisières qui était en redressement judiciaire depuis  trois mois.


7 emplois préservés et un solide capitaine d'entreprise

L'entreprise qui comptait douze salariés, va devoir en licencier quatre : deux marins et deux administratifs. Une cinquième personne débarque pour convenance personnelle. Le tribunal a choisi entre deux repreneurs, le candidat qui a les plus solides bases financières et maintient le plus d'emploi.
Wilfrid Provost a aussi un solide CV (ancien de VEOLIA, ex directeur du réseau de bus de Vannes, il a aussi travaillé pour la Compagnie Océane dans le golfe du Morbihan et pour une société de conseil d'entreprises)


Port d'attache : Saint-Malo

C'est avec l'Etoile Molène, un dundee thonier de Douarnenez, que Bob Escoffier avait démarré cette aventure à la fin des années 90. Il sauvait ainsi du cimetière un bateau du patrimoine maritime. Il avait même pris le départ de la Course du Rhum avec ce bateau de pêche restauré aux petits soins.
Puis l'entreprise s'était étoffée avec le ketch Étoile Polaire et la goélette Étoile de France. Plus récemment Bob Escoffier avait racheté aux anglais l'Étoile du Roy fidèle réplique des bateaux malouins du commerce des Indes. L'entreprise a aussi la gestion du Renard (réplique d'un bateau corsaire) et de la Belle Angèle (un chasse marée de Concarneau).
Bob Escoffier avait vendu l'entreprise il y a moins de deux ans.
Tous ces beaux voiliers font partie aujourd'hui de l'ambiance et du patrimoine de Saint-Malo. Bon vent !
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie voile patrimoine mer