Incendie des Viviers de la Rance à Saint-Suliac : 680 m2 d'entrepôt détruits et un risque de pollution à surveiller

L’incendie qui a détruit les 680 m2 d'entrepôt des Viviers de la Rance vendredi 15 mars en fin d'après-midi a mobilisé un important dispositif chez les sapeurs-pompiers. Un impressionnant panache de fumée était visible depuis les deux rives de la Rance, le pont Chateaubriand et la 4 voies entre Rennes et Saint-Malo. Le bâtiment contenait notamment du matériel de stockage en polystyrène faisant craindre un risque de pollution. Des contrôles sont en cours ce matin.

Il était aux alentours de 18h15, vendredi 15 mars, quand l'alerte a été donnée. Les Viviers de la Rance, grossiste en coquillages et crustacés, sont en proie aux flammes, au bout de la pointe du Puits, à Saint-Suliac en Ille-et-Vilaine. 35 sapeurs-pompiers, armés d'un grand bras élévateur articulé, ont été déployés pour contenir l'incendie dans une configuration délicate, en bord de Rance. Six salariés ont été évacués en urgence. Aucun blessé n'est à déplorer. 

durée de la vidéo : 00h00mn17s
Les secours ont été alertés vers 18h15 le 15 mars 2024 et d’importants moyens chez les sapeurs-pompiers ont été déployés d’emblée, dans une configuration délicate, en bords de Rance. ©SDIS 35

L'incendie a pu être contenu vers 19h45 mais c'est une opération de longue durée qui s'annonçait pour les soldats du feu, en raison d’un risque de pollution car les eaux d’extinction s'évacuent dans un dégueuloir qui va dans la Rance, nécessitant la venue de la cellule risques. Pour l'heure, aucun arrêté n'a été pris. Ce samedi 16 mars au matin, la zone est survolée par un drone du SDIS 35. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité