• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Licenciements controversés à Cora : les opposants au travail le dimanche mobilisés ce dimanche

Une cinquantaine de personnes dont une bonne partie de Gilets jaunes, a filtré les entrées de l'hypermarché Cora à Saint-Jouan-les-Guérets / © France 3 Bretagne - M. Villaverde
Une cinquantaine de personnes dont une bonne partie de Gilets jaunes, a filtré les entrées de l'hypermarché Cora à Saint-Jouan-les-Guérets / © France 3 Bretagne - M. Villaverde

Ils étaient une cinquantaine à s'être mobilisés ce dimanche 26 mai devant l'hypermarché Cora de Saint-Jouan-les-Guérets, près de saint-Malo, où deux salariés ont été licenciés pour avoir entre autres refusé de travailler le dimanche. Ils ont filtré le parking et l'entrée du magasin de 10h30 à 12h.

Par Thierry Peigné


L'appel à manifester avait été lancé par les Gilets jaunes du Pays de Saint-Malo, relayé localement par Attac, Solidaires, La France Insoumise et le NPA. Rendez-vous avait été donné à 10 h 30, devant l’hypermarché Cora.

Et c'est une cinquantaine de personnes qui a répondu à l'appel, dont une grande majorité de Gilets jaunes. Le maire de la commune (sans etiquette politique) était également présent. Ils ont filtré les entrées du parking de la grande surface puis les entrées du magasin, tout cela sous la surveillance d'un bon nombre de gendarmes. Ils distribuaient des tracts et informaient les clients de leur indignation par rapport aux procédures de licenciement dont ont fait l'objet deux salariés qui avaient refusé de travailler le dimanche.
Les manifestants ont rappelé leur opposition au travail dominical dans la grande distribution, opposant la recherche continue de profit de ces grands groupes commerciaux, à l'intéret du repos le dimanche et de la vie de famille.
 

6 dimanches par an

Le groupe Cora a lui fait savoir dans un communiqué, qu'il avait "la volonté de mettre en place une organisation permettant d'ouvrir le dimanche, comme la loi l'autorise, en limitant le plus possible l'impact pour les collaborateurs". Il rappelle que "chaque salarié indique en début d'année, les 6 dimanches matin sur lesquels il se rend disponible" (...) et que "les plannings sont établis en cherchant le plus possible à respecter ces choix", tout en ajoutant qu'il "est important que chacun contribue à l'effort collectif" pour l'ouverture le dimanche.
 

Des négociations prévues

Suite aux deux licenciements qui ont connu un écho médiatique, Cora a accepté d'ouvrir une négociation sur le travail du dimanche. Des réunions sur ce thème doivent se tenir les 11 et 26 juin entre la direction et cinq syndicats de salariés. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus